Des milliers de Serbes commémorent les victimes des bombardements de l’Otan

© Photo Tanjug/VLADIMIR DIMITRIJEVICBombardements de la Yougoslavie par l'Otan
Bombardements de la Yougoslavie par l'Otan - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
Le Président serbe Aleksandar Vucic et les membres de son gouvernement ont participé à la commémoration du 19e anniversaire des bombardements de l’Otan.

La cérémonie, à laquelle ont participé le Président du pays, le Premier ministre et des membres du gouvernement, s'est tenue samedi soir dans le sud de la Serbie, à Aleksinac, une ville gravement touchée par les bombardements de l'Otan entre avril et mai 1999.

Organisée le jour où les bombardements ont commencé il y a 19 ans, la cérémonie a réuni plus de 3.000 personnes sous le slogan «Pardonnons, si nous pouvons, n'oublions pas tant que nous sommes vivants». Son lancement a été annoncé par le hurlement des sirènes d'alarme et l'extinction des lumières pour quelques minutes.

«19 ans se sont écoulés depuis ce crime, mais il n'y a ni coupables, ni condamnés. Il n'y a que des victimes. Chaque 24 mars, nous commémorons l'assassinat de notre peuple», a lancé le Président Vucic à l'assistance.

«Ici et ailleurs en Serbie, il y a eu des tués, 2.500 personnes que l'on transforme en chiffres, en erreurs statistiques, en pertes collatérales. Mais chaque fois qu'ils citeront un chiffre, nous citerons un nom», a-t-il enchaîné.

Drapeau de la Serbie - Sputnik Afrique
Agression de l’Otan contre la Yougoslavie: une leçon très dure pour la Russie et le monde
En 1999, la confrontation armée entre les séparatistes albanais de l'Armée de libération du Kosovo et la police serbe a abouti aux bombardements par l'Otan de la République fédérale de Yougoslavie (comprenant à l'époque la Serbie et le Monténégro). Les frappes aériennes de l'Otan se sont poursuivies entre le 24 mars et le 10 juin 1999. Le nombre exact de victimes est inconnu. Selon les estimations des autorités serbes, les bombardements ont fait environ 2.500 morts, dont 89 enfants. Quelque 12.500 personnes ont été blessées. L'estimation des dommages matériels varie selon les sources, à entre 30 et 100 milliards de dollars.

L'opération militaire a été entamée sans l'approbation du Conseil de sécurité de l'Onu, sur la base des affirmations des pays occidentaux d'après lesquelles les autorités yougoslaves se seraient livrées à des purges ethniques dans l'autonomie kosovare et y auraient déclenché une catastrophe humanitaire.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала