Affaire Skripal: Vienne reste sourd à l’appel de May

© AP Photo / Steffi LoosSebastian Kurz
Sebastian Kurz - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
Arrivé au sommet de l’UE à Bruxelles, le chancelier autrichien Sebastian Kurz a fait comprendre qu’il n’allait pas rejoindre Theresa May dans sa décision d’expulser des diplomates russes dans le cadre de l’affaire Skripal.

Vienne n'envisage pas d'expulser des diplomates russes sur fond d'affaire Skripal, a annoncé vendredi le chancelier autrichien Sebastian Kurz, arrivé au sommet de l'UE à Bruxelles. Cette déclaration fait suite à une publication de l'agence Bloomberg, selon laquelle Londres cherchait à convaincre ses partenaires européens d'expulser des diplomates russes de leurs pays.

Theresa May - Sputnik Afrique
Londres tenterait de persuader l’Europe d’expulser des diplomates russes
Intervenant depuis Bruxelles, le chef de l'État autrichien a également ajouté que les Vingt-Huit avaient exprimé leur solidarité avec Londres et avaient condamné l'attaque au gaz innervant contre l'ex-agent double russe Sergueï Skripal et sa fille Ioulia, perpétrée à Salisbury.

Les accusations d'empoisonnement de l'ex-agent double Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia ont été portées contre Moscou par Londres il y a une semaine. La Première ministre britannique Theresa May a affirmé que Moscou était impliqué dans cette affaire, sans toutefois présenter de preuves tangibles pour appuyer ses allégations, avant d'expulser 23 diplomates russes du Royaume-Uni.

Moscou a qualifié ces accusations gratuites de «cirque» avant d'expulser à son tour 23 diplomates britanniques.

Les drapeaux de la Russie et de l'union européenne - Sputnik Afrique
Affaire Skripal: l’UE rappelle son ambassadeur en Russie pour consultations
Sergueï Skripal, un ancien colonel des services de renseignement militaires russes, ainsi que sa fille ont été retrouvés inconscients le 4 mars 2018 aux abords d'un centre commercial de Salisbury, au Royaume-Uni. Recruté comme agent double par les services britanniques en 1995 et condamné en Russie à 13 ans de prison pour trahison, M.Skripal a obtenu l'asile au Royaume-Uni en 2010 après un échange d'agents de renseignement entre la Russie et les États-Unis.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала