La Syrie gagne face au Qatar!

© REUTERS / Ebrahim Noroozil’équipe nationale syrienne de football
l’équipe nationale syrienne de football - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
Jeudi 31 août au Hang Jebat Stadium, en Malaisie, l’équipe nationale syrienne de football s’imposait contre le Qatar par trois buts à un, éteignant tout espoir pour Doha de participer à la Coupe du monde de 2018 en Russie. Décryptage de ce match à la portée très symbolique.

Revanche syrienne ou faillite de la diplomatie sportive du Qatar? Alors que la France gagnait jeudi 31 août contre de faibles Hollandais, un autre match de football se déroulait plus à l'est, précisément en Malaisie: la Syrie face au Qatar. Et contre toute attente, c'est le petit poucet de la rencontre, la Syrie, qui a finalement remporté ce match sur le score de trois buts à un. Alors que le Qatar dépensait cet été des sommes colossales pour s'acheter plusieurs joueurs et qu'il organisera chez lui en 2022 la Coupe du Monde, il ne pourra pas participer à la Coupe du Monde de 2018 en Russie, suite à cette défaite.

Le vote pour la mascotte de la Coupe du monde 2018 en Russie est ouvert - Sputnik Afrique
«La Russie, puissance mondiale, est déjà prête à organiser une belle Coupe du monde»
Ce n'était pourtant pas gagné d'avance pour l'équipe nationale syrienne. La nation, victorieuse de la Coupe d'Asie occidentale en 2012, subit logiquement les affres de la guerre civile. Jean-Pierre Duthion consultant médias qui vient de passer dix ans dans le pays, explique la situation de l'équipe, en proie aux défections ainsi qu'aux problèmes politiques et matériels:

« On a une équipe de Syrie qui a énormément de difficultés parce qu'ils font face à des coupures d'électricité, à des complications de pouvoir accéder aux entrainements, à des rémunérations qui n'ont strictement rien à voir avec celles que peuvent recevoir les joueurs qataris. »

Retrouvez cet entretien sur notre page Soundcloud Sputnik France​

Comment peut-on s'intéresser au football lorsque son pays est plongé dans le chaos? Comme le déclare Jean-Baptiste Guégan, spécialiste de la géopolitique du sport et auteur de l'ouvrage « Géopolitique du Sport, une autre explication du monde», le sport peut être perçu comme un facteur d'unité et de fierté nationales:

«La Syrie vit le sport comme un moyen de faire l'unité nationale, c'est aussi un moyen pour le gouvernement central de montrer qu'il est encore légitime, et donc c'est à la fois une respiration pour la population et un moyen de faire l'unité et la victoire d'hier c'est exactement ça.»

Ballon de foot - Sputnik Afrique
Ligue Europa: avant le match, les Serbes forment un immense drapeau russe dans le stade
Les Syriens étaient en effet surmotivés à l'occasion de cette rencontre, l'équipe syrienne «se bat aussi pour représenter un pays en guerre et quand on voit les joueurs sur le terrain, les mecs se dépouillent complètement.»

Clairement, sur le papier avant le match, le Qatar était largement favori. Pour comparer avec le championnat de France, J.P. Duthion parle de la Syrie telle une équipe de Ligue 2 et du Qatar comme une équipe de Ligue 1 qualifiée pour la Ligue des Champions. C'est dire l'écart de niveau entre les deux équipes, c'est dire aussi l'ampleur de l'échec du Qatar, malgré les millions dépensés.

Usain Bolt lors de la finale du 200m - Sputnik Afrique
La superstar jamaïcaine Usain Bolt jouera pour Manchester United contre Barcelone
Doha construit effectivement sa diplomatie depuis quelques années et notamment au travers du sport. Le Paris-Saint-Germain a été acheté en 2011 par l'émirat, un club qui a beaucoup défrayé la chronique au cours de l'été 2017 avec les achats de Neymar et de Kylian MBappé. En 2015, Doha accueillait déjà le championnat du monde de handball et en 2022 le mini-État fera encore mieux en accueillant la Coupe du Monde de football. Pour Jean-Baptiste Guégan, il ne faut pas parler d'échec de cette stratégie mais de retrait:

« Le Qatar se retrouve dans une situation particulière, il ne sera jamais qualifié pour une phase finale de Coupe du monde avant de l'avoir organisée. Sa seule qualification au Mondial, il la devra au fait d'organiser la Coupe du Monde, et donc d'en payer l'organisation. La défaite d'hier soir marque finalement un retrait du Qatar.»

Retrouvez cet autre entretien sur notre page Soundcloud Sputnik France

​Selon ce dernier, la Syrie a des chances de décrocher la qualification et de s'envoler en Russie pour y disputer la Coupe du Monde. Pour cela, il lui faudra gagner à Téhéran, face à l'Iran, actuel premier de son groupe. Et c'est vrai, l'équipe nationale syrienne jouit d'une certaine popularité dans le monde arabe du fait de ses difficultés évidentes:

«Tout le monde a intérêt à ce que la Syrie gagne parce que l'histoire est belle. C'est difficile pour une sélection de ne pas pouvoir jouer à domicile donc il y a une sorte de cote de sympathie plus élevée pour la Syrie. C'est un peuple qui aime le foot.»

Peut-on parler de revanche syrienne à l'encontre du Qatar, coupable d'avoir financé de nombreux groupes islamistes en Syrie? Après avoir visionné le match, Jean-Pierre Duthion confiait avoir joint au téléphone quelques amis syriens ce matin «dont certains haut-responsables et ils sont plus que ravis de cette victoire. Pour eux, c'est une forme de revanche, revanche relative quand on voit l'état du pays.»

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала