Assaillant de la tour Eiffel: Fiché S, déjà condamné, souffrant de troubles psychiatriques

© SputnikTour Eiffel
Tour Eiffel - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
Le jeune homme qui a fait irruption samedi dans le dispositif de sécurité au pied de la tour Eiffel est un patient de psychiatrie depuis son enfance, mais aussi a été inscrit au fichier «S » des radicalisés par la police, condamné avec sursis à quatre mois d’emprisonnement pour avoir menacé des agents SNCF.

Mamaye D., qui a tenté, samedi soir, de pénétrer à la tour Eiffel à Paris armé d'un couteau, a multiplié les séjours en hôpital psychiatrique, relate Le Parisien.

La Tour Eiffel - Sputnik Afrique
Un homme armé d’un couteau tente d'entrer dans la Tour Eiffel en criant «Allahou Akbar»
Dès sa prime enfance, Mamaye, arrivé en France de Mauritanie, a été suivi par un pédopsychiatre, a confirmé un membre de sa famille. «Depuis peu, Mamaye bénéficiait de permissions de sortie de l'hôpital de Persan pour venir nous voir le temps d'un week-end. […] Samedi, je n'ai rien remarqué de particulier dans son comportement», a-t-il précisé.
La situation psychologique du suspect le conduisait régulièrement dans des centres spécialisés, a raconté l'homme. «En tout cas, il ne s'est jamais montré violent», insiste-t-on dans l'entourage de Mamaye.

La Tour Eiffel à Paris - Sputnik Afrique
Homme armé à la Tour Eiffel: une enquête policière ouverte «pour apologie du terrorisme»
Cependant, en 2015, Mamaye D. avait été condamné avec sursis, en 2016, à quatre mois d'emprisonnement pour avoir menacé des agents SNCF et fait l'apologie du terrorisme, selon une source proche de l'enquête. Il a également été inscrit au fichier dit des «radicalisés», le FSPRT, qui contient environ 15.000 personnes.

Mamaye D. affirme avoir voulu tuer des membres des forces de l'ordre, sur la recommandation d'un combattant de Daech avec lequel il serait en contact.

Samedi soir, peu avant minuit, Mamaye D., 18 ans, a tenté de pénétrer à la tour Eiffel à Paris, ayant franchi un portique en brandissant un couteau, aux cris de «Allahou Akbar!». Les militaires en faction l'ont mis en joue et lui ont crié de se coucher à terre. La tour Eiffel a été évacuée par précaution. Personne n'a été blessé.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала