L'Iran sur le point de fabriquer un nouveau missile

© AFP 2022 STR/VAHIDREZA ALAIIranian flag fluttering in front of Iran's Safir Omid rocket, which is capable of carrying a satellite into orbit, before it's launch in a space station at an undisclosed location in the Islamic republic
Iranian flag fluttering in front of Iran's Safir Omid rocket, which is capable of carrying a satellite into orbit, before it's launch in a space station at an undisclosed location in the Islamic republic - Sputnik Afrique
Le ministre iranien de la Défense Hossein Dehghan a annoncé que son pays allait fabriquer un nouveau type de missile, le Sayyad 3.

Iran - Sputnik Afrique
Téhéran recommande aux USA d’éloigner leurs bases militaires à 1.000km de l’Iran
Téhéran envisage de concevoir un nouveau type de missile, le Sayyad 3, capable d'atteindre l'altitude de 27 kilomètres et de parcourir une distance de 120 kilomètres, a annoncé samedi le ministre iranien de la Défense Hossein Dehghan. Ce missile pourra servir à la défense anti-aérienne contre des avions, des drones, des missiles de croisière et des hélicoptères, a précisé le ministre de la Défense.

Hossein Dehghan a aussi déclaré que le contrat d'armement d'un montant de 110 milliards de dollars (94,3 milliards d'euros) qui a été signé par les États-Unis et l'Arabie saoudite et annoncé au cours de la visite de Donald Trump à Ryad en mai, constituait une menace pour l'Iran.

«Nous avons appris récemment cet énorme achat, qui n'est qu'une sorte de rançon que certains pays de la région versent aux Etats-Unis. Cela va provoquer un nouvel afflux d'armes dans la région; cet achat a été signé dans le but de menacer la République islamique d'Iran», a dit le ministre, cité par la télévision iranienne.

Drapeaux  iranien - Sputnik Afrique
Les USA remplissent «très mal» leur part de l'accord nucléaire avec l'Iran
L'annonce de la fabrication d'un nouveau missile survient dans le contexte de tensions entre le pays et les États-Unis, qui ont imposé mardi de nouvelles sanctions économiques à Téhéran en raison de son programme de missiles balistiques.

Le 18 juillet, Washington a inscrit 18 personnes physiques et morales iraniennes sur sa liste des sanctions liée au programme iranien de missiles. Dans le même temps, Washington a confirmé que, selon lui, Téhéran respectait le Plan d'action conjoint sur son programme nucléaire. L'accord historique sur le programme nucléaire iranien avait été conclu par Téhéran et six médiateurs internationaux en juillet 2015. Le Plan d'action conjoint avait été adopté. Il est entré en vigueur en janvier 2016.

Face à la décision de la Maison-Blanche d'imposer à Téhéran de nouvelles sanctions, l'Iran a voté un projet de loi visant à résister au «terrorisme américain» au Moyen-Orient, en renforçant le programme balistique du pays.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала