Vin, bière et pistes de danse: comment travaillent les journalises au G20

© REUTERS / Pool/John MACDOUGALLVin, bière et pistes de danse: comment travaillent les journalises au G20
Vin, bière et pistes de danse: comment travaillent les journalises au G20 - Sputnik Afrique
Même si les journalistes qui ont dû couvrir le sommet du G20 à Hambourg et être présents lors des importantes rencontres des leaders internationaux avaient une immense envie de faire leur travail, ils n’ont pas pu le réaliser. Au lieu d’avoir accès à la salle de conférence principale, il leur a été proposé de se reposer et de boire du vin.

De nombreux journalistes qui sont arrivés à Hambourg afin de couvrir le sommet du G20 n'ont pas obtenu l'accès au pavillon de la salle de conférence qui accueille les évènements les plus importants du sommet.

G20 - Sputnik Afrique
G20: les moments clés de la première journée
Tandis que les leaders des 20 États s'entretenaient dans la salle de conférence principale du complexe d'exposition Hamburger Messe, la majorité des presque 5.000 journalistes accrédités n'a pas eu le droit d'y entrer. Ce ne sont que quelques dizaines de reporters qui ont obtenu les laissez-passer les autorisant à voir les Président américain et russe se serrer pour la première fois la main. D'après les journalistes qui participent régulièrement à de tels évènements, il y avait même cette fois plus de restrictions que d'habitude.

Cependant, les organisateurs du sommet ont pensé à d'autres moyens afin de calmer les journalistes déçus qui ne voyaient pas d'autre solution que de suivre les rencontres des leaders par le biais des écrans. Ils leur a ainsi été proposé de passer leurs heures destinées au travail dans la cantine 24h sur 24, où, dès le matin, hormis la nourriture, on propose aussi de la bière et du vin.

Chaos à Hambourg: un hélicoptère de police attaqué à coups de fusée de signalisation - Sputnik Afrique
Chaos à Hambourg: un hélicoptère de police attaqué à coups de fusée de signalisation

La veille, il y avait même une soirée organisée spécialement pour les journalistes avec des musiciens. Ils pouvaient rester toute la nuit dans le Centre de presse, puisqu'il est fonctionnel 24h sur 24 et dont la zone de confort avec des coussins est assez spacieuse pour accueillir tout le monde. 

Plusieurs journalistes se sont cependant avérés être «incorruptibles»: avides d'actualités, ils sont partis couvrir les manifestations organisées contre le sommet. La veille, plusieurs milliers de personnes sont sorties dans les rues. La manifestation a vite dégénérée en affrontements, au cours desquels presque 200 policiers ont été blessés.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала