Poutine et Erdogan prônent une enquête rapide sur l'incident d'Idlib

© Sputnik . Alexei Nikolski  / Aller dans la banque de photosVladimir Poutine (à droite) et Recep Tayyip Erdogan
Vladimir Poutine (à droite) et Recep Tayyip Erdogan - Sputnik Afrique
Les présidents russe et turc ont réitéré leur volonté d'encourager le processus de paix en Syrie et ont préconisé une enquête impartiale sur l'incident d'Idlib, durant lequel des dizaines d'habitants ont été intoxiqués.

Le président russe Vladimir Poutine et son homologue turc Recep Tayyip Erdogan se sont prononcés pour une enquête internationale immédiate, objective et détaillée sur l'incident impliquant des armes chimiques survenu dans la province d'Idlib le 4 avril, lit-on dans un communiqué du Kremlin.

Bachar el-Assad - Sputnik Afrique
Assad explique pourquoi Moscou n’a pas prévenu Damas de l’attaque US
L'entretien téléphonique a eu lieu à l'initiative de la Turquie. Les deux présidents se sont dit disposés à poursuivre le travail conjoint visant à renforcer le régime de cessez-le-feu en Syrie et à encourager le processus de paix syrien selon différents formats.

Les États-Unis ont effectué, dans la nuit du 6 au 7 avril, une frappe de missiles contre la Syrie, accusant le gouvernement de Bachar el-Assad d'avoir eu recours à des armes chimiques à Idlib. La Russie a critiqué la démarche de Washington et a réclamé des preuves.

Mardi 4 avril, une frappe aérienne sur la ville de Khan Cheikhoun dans la province d'Idlib, en Syrie, a été suivie par l'intoxication aux produits chimiques de nombreux habitants.

Idlib - Sputnik Afrique
Moscou: l’enquête doit porter sur l’attaque d’Idlib et sur la frappe US sur Shayrat
Des sources locales proches de l'opposition font état de 80 morts et de 200 blessés et en imputent la responsabilité aux forces gouvernementales syriennes. Celles-ci rejettent ces accusations et expliquent que le bombardement aérien sur Khan Cheikhoun a touché un entrepôt d'armes chimiques appartenant à des groupes terroristes, dont les agents actifs ont alors contaminé la population.

Les autorités russes exigent une enquête impartiale sur cette affaire avec l'implication de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC). En l'absence d'une telle enquête, l'origine de l'intoxication aux produits chimiques des habitants de Khan Cheikhoun reste donc controversée.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала