Les sans-voix: quel poids électoral pour les 50.000 prisonniers français?

Les détenus français, même s’ils ne sont pas privés de leurs droits civiques, de facto ne peuvent pas voter: le système fonctionne de telle façon que seuls 3% des 50.000 prisonniers du pays peuvent exprimer leur choix électoral. Interviewé par Sputnik, le défenseur des droits de l’homme François Korber évoque le sujet.

Le problème lié au droit de vote des détenus demeure extrêmement compliqué : depuis la réforme pénale de 1994, les prisonniers ne sont plus automatiquement privés de leurs droits civiques, mais même dans une telle situation, ils ne peuvent pas devenir des électeurs.

Alors que le 14 mars dernier, la Chancellerie a validé la mise en place d'une étude de faisabilité en vue d'une expérimentation du vote des personnes détenues aux élections législatives de juin prochain, actuellement, environ 3 % des 50 000 détenus français ont recours à leur droit de vote.

Jean-Jacques Urvoas - Sputnik Afrique
1 300 islamistes radicaux dans les prisons françaises
Interviewé par Sputnik, le fondateur et président des associations « Robin des lois » et « Justice, deuxième chance » François Korber explique que le code électoral français permet le vote des détenus, mais ce droit n'est pas effectif.

« Un établissement pénitencier, ce n'est ni plus ni moins qu'un local, ce n'est pas difficile d'y installer une urne et un isoloir, délivrer des permis pour faire venir de la mairie des assesseurs et le président du bureau de vote et de faire voter les gens pendant deux heures », signale le défenseur des droits de l'homme.

Selon l'activiste, tout dépend de la coordination entre le ministère de l'Intérieur s'occupant des élections et le ministère de la Justice qui pourrait prêter les locaux.

Prison - Sputnik Afrique
Manuel Valls annonce la construction de 33 nouvelles prisons
L'expérimentation dans deux ou trois bureaux pour les législatives contribuerait à avancer sur ce sujet sensible.

« Pour connaître les sorties des urnes, il faut attendre de les avoir installées », indique M. Korber.

Des permissions de sortir, des délais de sorties en lien avec la durée des peines, les difficultés extrêmes liées à un vote par procuration, voici le modèle auquel les détenus sont en effet confrontés, précise l'activiste. Selon M. Korber, la grande majorité des détenus viennent des banlieues : des jeunes d'Afrique noire ou des Maghrébins qui sont très faiblement intégrés dans la société française.

La possibilité réelle de bénéficier du droit de vote des détenus pourrait ainsi faire partie de la restauration de l'équilibre social en France.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала