Au Proche-Orient, les USA bombardent… pour la paix

© Photo Carla Ortizdes civils
des civils - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
Dans une interview accordée à Sputnik, Phyllis Bennis, experte du centre analytique «Institut d'études politique», a soulevé le problème de la lutte que mènent les États-Unis contre le terrorisme. Selon l’analyste, l’utilisation des bombes provoque encore plus d'hostilité.

Selon le dernier rapport, les avions américains ont largué plus de 26 000 bombes en 2016, principalement au Proche-Orient. Phyllis Bennis, directrice du projet « Nouvel internationalisme » du centre analytique « Institut d'études politique », a raconté dans une interview accordée à Sputnik que cette méthode de lutte contre le terrorisme aggravait au contraire le problème.

« Les Américains ne pourront pas vaincre le terrorisme avec des bombes, ni en Syrie, ni en Irak, ni en Afghanistan, ni en Somalie, ni au Yémen, ni au Pakistan. Cette méthode ne fonctionne nulle part, parce qu'il est impossible de bombarder le terrorisme. On peut bombarder une ville, des gens, mais même si on parvient parfois à éliminer quelques djihadistes, cela provoque seulement de nouveaux attentats », estime Phyllis Bennis.

Selon l'experte, l'utilisation de bombes contre le terrorisme est vouée à l'échec. Les gouvernements choisissent cette stratégie parce qu'ils ne sont pas prêts à débourser des sommes importantes, ni d'investir les efforts suffisants pour résoudre les problèmes par la voie diplomatique.

© SputnikListe des pays bombardés par les USA
Liste des pays bombardés par les USA - Sputnik Afrique
Liste des pays bombardés par les USA

Et il ne faut pas non plus oublier que dès que Washington qualifie certains combattants de terroristes, cette opinion ne se répand pas toujours parmi la population locale.

« En éliminant des terroristes présumés, la Maison Blanche nourrit la colère et provoque encore plus d'hostilité, ce qui peut alors dégénérer dans des violences », indique Mme Bennis.

Barack Obama - Sputnik Afrique
Obama aurait voulu se servir de l’EI contre Assad
Le nombre de frappes aériennes effectuées par les États-Unis a augmenté par rapport aux années précédentes, pour ce qui est de la Syrie, l'Irak et l'Afghanistan. Le nombre de pays où les États-Unis réalisent leurs frappes a également augmenté. Mais la stratégie de guerre adoptée par l'administration Obama est tout à fait différente de celle de George W. Bush. Barak Obama a lutté contre le terrorisme au moyen de bombardements, impliquant moins de soldats américains, tandis que le nombre des pertes parmi la population civile, lui, n'a pas diminué.

« Cette tactique militaire permet aux Américains d'oublier que leur pays est en train de faire la guerre car pratiquement aucun de leur concitoyen n'est touché au cours des bombardements », indique Phyllis Bennis.

Et d'ajouter : « Maintenant, les États-Unis ne comprennent pas le prix du conflit, parce qu'ils ne voient pas la mort, ni la destruction. Il y a des milliers de soldats qui reviennent avec des blessures horribles et des traumatismes psychiques. Mais cela n'est rien en comparaison avec l'époque où les soldats américains revenaient de la zone de conflit dans des cercueils ».

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала