La robotisation, tueuse d'emploi dans les pays émergents

Deux tiers des emplois pourraient bientôt être occupés par des robots dans les pays émergents, selon un rapport présenté à la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED).

On sait que l'homme dispose déjà de robots agriculteurs, de robots pour repasser et plier le linge, de robots domestiques, de robots bergers, de robots enseignants et même de robots chirurgiens ou pilotes, qui lui facilitent la vie dans beaucoup de domaines.

Mais comment cette robotisation des tâches se reflétera-t-elle sur l'emploi et l'occupation des hommes?

quadrirotor - Sputnik Afrique
Kalachnikov présente un porte-avions autonome pour drones
Dans leur dernier rapport sur le rôle de l'automatisation dans le monde contemporain, les analystes de la CNUCED ont décrit la manière dont l'usage de plus en plus répandu de l'automatisation industrielle impactait les emplois. Selon eux, c'est la population des pays émergents qui est la plus soumise au risque de perdre son travail à cause des concurrents mécaniques, notamment en Afrique et en Amérique latine.

« La part des métiers qui peuvent ressentir l'impact significatif de l'automatisation dans les pays émergents est plus élevée que dans les pays à niveau de vie élevé où de nombreux emplois ont déjà disparu. Cela concerne près des deux tiers de tous les emplois », indique le rapport.

Le chiffre mentionné dépasse largement les indices enregistrés en Occident et pourrait être encore plus effrayant quand on sait qu'aujourd'hui la production revient progressivement dans les pays d'origine des compagnies: ce « reshoring » ( retour de la sous-traitance dans le pays d'origine ) constituera probablement un problème central car il sera plus bénéfique pour les compagnies de fabriquer des produits grâce aux robots dans leur propre pays plutôt que de recourir à la main-d'œuvre autrefois bon marché dans d'autres pays.

Robot ASIMO - Sputnik Afrique
L'intelligence artificielle recalée aux examens de l'université de Tokyo
Selon les prévisions, le premier coup dur frappera les travailleurs de la construction automobile et l'électronique. Par exemple, la compagnie taïwanaise Foxconn, l'un des plus grands fabricants d'électronique et le principal partenaire de production d'Apple a récemment « engagé » 40 000 robots et licencié 60 000 personnes.

Pour l'instant, l'automatisation menace principalement ceux qui accomplissent un travail mécanique routinier. Les gestionnaires sont les prochains sur la liste. On s'attend à ce qu'à l'avenir, l'intelligence artificielle soit capable de prendre elle-même des décisions d'affaires et de suivre leur mise en œuvre — aujourd'hui déjà les algorithmes prédisent avec succès la date idéale pour les actions commerciales et les périodes de promotions et peuvent même prédire un effondrement du marché boursier.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала