L’ironie de la pétition contre le référendum sur le Brexit

© Photo PixabayBrexit
Brexit - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
Il s’est avéré que la pétition en ligne, visant à annuler les résultats du référendum sur l'appartenance du Royaume-Uni à l'Union européenne, avait été créée par les partisans de la sortie.

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov - Sputnik Afrique
Brexit et chute de l’URSS, des phénomènes similaires?
Ironiquement, la pétition appelant à reconsidérer le référendum sur le Brexit et qui a déjà amassé plus de 3,5 millions de signatures, a été créé à l'origine, il y a un mois, par un partisan de la sortie qui avait anticipé que les Britanniques voteraient contre le Brexit.

L’initiateur original de la pétition est William Oliver Healey, un membre du camp pro-sortie des démocrates anglais.

M.Healey a publié une déclaration sur sa page Facebook dans laquelle il a expliqué la situation entourant la pétition.

"Cette pétition a été créée à un moment (il y a plus d'un mois) où il était probable que l’option +rester+ allait gagner, avec l'intention d’empêcher les partisans pro-européens de nous enchaîner à l’UE. En raison du résultat, la pétition a été détournée par le camp européen".

La pétition de Healey déclare: "Nous soussignés appelons le gouvernement de Sa Majesté à mettre en vigueur une règle stipulant que si le vote pour rester ou pour sortir est de moins de 60%, et que le taux de participation est de moins de 75%, un autre référendum devra être tenu".

French President Francois Hollande attends a joint declaration with Benin's President Patrice Talon at the Elysee Palace in Paris, France, April 26, 2016. - Sputnik Afrique
Brexit: "irréversible", selon Hollande
Lors du référendum, 17.410.742 de Britanniques ont voté pour partir et 16.141.241 ont voté pour rester, soit une différence de 1.269.501 votes, avec un taux de participation de 72,2%, ce qui correspond aux exigences de la pétition de M. Healey, même si la situation actuelle est contraire à celle prévue par la pétition.

Le gouvernement britannique est tenu de répondre à toute pétition contenant plus de 10.000 signatures. Le parlement britannique doit considérer pour fins de débats toute pétition contenant au moins 100.000 signatures.

Plus tôt dimanche, la commission des pétitions a confirmé qu'elle examinerait la pétition, malgré le fait que près de 80.000 signatures aient été considérées comme "frauduleuses". Mais étant donné les chiffres globaux, cet écart fera peu de différence dans le nombre total de signatures recueillies à ce jour.


Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала