Enquête sur les falsifications comptables des producteurs US d'huile de schiste

© AFP 2022 Guillermo LegariaLa production de pétrole
La production de pétrole - Sputnik Afrique
Ultra Petroleum Corp fait partie des compagnies les plus connues aux USA dans le secteur pétrolier. En plein boom de schiste en 2012, elle valait presque 15 milliards de dollars (13,4 mds EUR). Pendant plusieurs années, Ultra était un symbole du succès dans le secteur du schiste.

Puis l'effondrement des prix du pétrole et le scandale de falsifications comptables sont passés par là. Cette année la compagnie a retiré des rapports comptables près de la moitié des réserves pétrolières avant d'annoncer, le 29 avril, son dépôt de bilan. Ses dettes s'élèvent à 3,9 milliards de dollars (3,4 mds EUR).

Un pétrolier iranien près du port de Bandar Abbas (Iran du Sud) - Sputnik Afrique
L'Iran signe des contrats pétroliers avec trois pays européens
L'histoire de l'ascension et de la chute d'Ultra n'est pas unique. Les réserves prouvées de pétrole et de gaz comptent pour beaucoup dans la capacité d'une compagnie à apporter un bénéfice à ses investisseurs et à rembourser les dettes. Longtemps, tout était en ordre avec ces réserves chez les producteurs de schiste. Mais en 2016, 59 compagnies pétrolières et gazières américaines ont délibérément réduit leurs réserves d'hydrocarbures, écrit Bloomberg, de 9,2 milliards de barils, soit 20%. Il s'agit de la plus forte diminution des réserves depuis 2009, quand la Securities and Exchange Commission (SEC) avait autorisé aux compagnies pétrolières à prendre en compte le pétrole et le gaz des puits non exploités depuis des années.

La SEC contrôle régulièrement les réserves des compagnies pétrolières. Les enquêteurs soupçonnent actuellement les producteurs pétroliers de fraude.

Fin 2014, les réserves des puits hors service représentaient 39% de l'ensemble des réserves prouvées de pétrole et de gaz des compagnies de schiste. En 5 ans ce chiffre a augmenté de 6%, soit presque 8 milliards de barils.

La SEC a également prêté attention à d'autres compagnies pétrolières. Par exemple, Goodrich Petroleum Corp, qui chaque année commençait le forage de seulement 4% des puits hors service, ignorant le règlement pendant près de 5 ans.

Plate-forme pétrolière en mer du Nord - Sputnik Afrique
Des investisseurs misent sur la croissance des prix pétroliers jusqu'à 100 USD
Une autre compagnie pétrolière, Linn Energy LLC, maintenait les réserves de puits "sur papier" même fin 2014, quand le budget du forage avait été réduit de 61%. Les deux compagnies ont déposé le bilan au printemps 2016. Ensemble elles accumulent une dette de 8,1 milliards de dollars (7,2 mds EUR).

Penn Virginia Corp, dont un grand paquet d'actions était détenu entre autres par George Soros, indiquait dans ses rapports des puits hors service depuis des années. La compagnie a expliqué à la SEC, surprise, qu'elle avait l'intention de lancer les forages des puits indiqués d'ici cinq ans, mais a dû changer son programme à cause de l'effondrement des prix. Pourtant, la direction jurait le contraire aux investisseurs. Les directeurs affirmaient qu'ils foreraient les puits de gaz quoi qu'il arrive.

Penn Virginia a retiré de sa comptabilité la plupart des puits hors service cette année et a déposé le bilan le 12 mai. Sa dette s'élève à 1,2 milliard de dollars (près d'un milliard d'euros). D'ailleurs, Soros a vendu toutes les actions qu'il détenait dans cette compagnie pour 6 millions de dollars (5,3 M EUR) au premier trimestre 2016.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала