Ankara n'est certainement pas le seul acheteur de pétrole aux terroristes

S'abonnerTelegram
Les sources d'information au sujet des livraisons internationales de pétrole illégales par les terroristes sont contradictoires et la zone pétrolifère contrôlée par Daech est extrêmement chaotique aussi bien du point de vue de contrôle de la frontière que des processus économiques.

Personne n'a encore mené de recherches approfondies et toutes les analyses existantes s'appuient sur des sources locales subjectives. Néanmoins, on connaît au moins deux éléments avec plus ou moins de certitude:

1) L'État islamique produit relativement peu de pétrole. La plupart des experts s'accordent sur un chiffre entre 30 et 40 000 barils par jour sur les champs de Deir ez-Zor en Syrie et de Qayara en Irak, soit près de 1,5-2 millions de tonnes par an, une quantité microscopique par rapport au marché mondial.
2) La majeure partie de cette production est consommée sous forme de produits pétroliers directement dans les régions contrôlées par les terroristes. Selon diverses estimations, entre 3 et 5 millions de personnes vivent sur ce territoire, ce qui dans l'ensemble laisse peu de pétrole à l'exportation.

Viennent ensuite les spéculations: qui a vu quelque chose, entendu quelque chose, etc. Par exemple, le Financial Times écrit qu'une grande partie du pétrole produit sur le territoire contrôlé par Daech est consommée dans les régions du nord-ouest de la Syrie contrôlées par l'opposition syrienne dite "modérée".

La Turquie, principal consommateur du pétrole volé en Syrie et en Irak - Sputnik Afrique
La Russie devoile trois itinéraires de livraison du pétrole de l'EI en Turquie
Autre version: l'EI exporterait la majeure partie de son pétrole via l'oléoduc Kirkouk-Ceyhan, principale artère d'exportation pour le nord de l'Irak dès les années 1970. Cet oléoduc est l'option la plus pratique pour les acheteurs prêts à travailler avec le pétrole islamiste, car la marchandise arrive dans le plus grand terminal international de Ceyhan en Turquie, déjà mélangé avec le pétrole irakien parfaitement légal.

Difficile à croire, ce schéma paraît pourtant convaincant du point de vue de la logistique.

La revue Jewish Business News publie pour sa part un article comportant de nombreux griefs visant les autorités turques et Erdogan personnellement pour la "couverture" qu'ils fournissent aux livraisons de pétrole islamiste via la Turquie, mais rappelant que le Kurdistan reste le point d'entrée primordial sur le marché. On ignore l'exactitude des accusations russes contre Erdogan et son gouvernement concernant leur implication directe dans l'exportation du pétrole de Daech, même s'il serait logique de supposer que les autorités turques sont au moins au courant du trafic.

Pompe à huile - Sputnik Afrique
Pétrole de l'EI ou lutte antiterroriste: la Turquie doit choisir
Il serait pourtant trop réducteur de tout résumer à Erdogan. Les parties intéressées par un commerce pétrolier avec Daech sont très nombreuses. Pourquoi l'Occident n'a-t-il toujours pas entrepris d'actions décisives pour détruire l'infrastructure pétrolière de l'EI, et qu'en est-il du commerce pétrolier des Kurdes qui, semblent-ils, se battent contre Daech?

Tout cela doit être sérieusement analysé pour comprendre comment neutraliser au plus vite le financement des islamistes grâce à l'exportation pétrolière. Pour l'instant, les spéculations sont trop nombreuses en la matière pour tirer des conclusions concrètes.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала