Moscou-Washington: vers l'espoir d'une réconciliation?

© Sputnik . Sergei Guneev / Accéder à la base multimédiaMédias: GB et US devraient s'allier à Poutine et à Assad.
Médias: GB et US devraient s'allier à Poutine et à Assad. - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
Les intérêts russes et américains sont aujourd'hui proches comme jamais, estime l'ex-conseiller du président américain sur la sécurité nationale Zbigniew Brzezinski.

Secrétaire américain à la Défense Ashton Carter - Sputnik Afrique
Les Etats-Unis comptent endiguer la Russie par des moyens militaires
Il suffit de donner la préférence à une politique plus modérée en Syrie, et les deux pays pourront non seulement régler la crise syrienne, mais également atteindre une paix stable dans leurs propres relations. Aucun d'entre eux, d'ailleurs, n'est intéressé à la confrontation, d'après M.Brzezinski cité par le journal Politico.

Un mois auparavant, cet épervier de l'époque de la guerre froide appelait la Maison Blanche à faire preuve d'un "courage stratégique" face à la Russie, dont l'opération militaire en Syrie aide Bachar el-Assad à rester au pouvoir, ce qui nuit aux intérêts américains dans la région. Depuis que la Russie s'est mise à agir "d'une façon plus modérée", il considère l'avenir des relations entre les deux pays avec bien plus d'optimisme.

Встреча главы МИД РФ С. Лаврова и госсекретаря США Дж.Керри - Sputnik Afrique
La Russie se dit prête à une coopération égale avec les Etats-Unis
Les tensions entre la Russie et l'Occident "sont sérieuses, mais pas fatales", estime M.Brzezinski. Et si le bon sens l'emporte, elles pourraient même s'avérer bienfaisantes, vue que les deux parties seraient obligées de négocier pour régler la crise syrienne et éviter des "conséquences encore plus destructives".

Selon lui, on est en droit d'espérer que le bon sens prévaudra. Le politologue constate que l'Occident a fait preuve de calme dans sa réaction à l'incident impliquant un bombardier russe Su-24 abattu par les forces aériennes turques. Pour leur part, les Russes, après avoir pris une grande respiration, ont fini par reconnaître que l'escalade ne servait à rien. Et la Turquie, qui se montre ferme et intransigeante, ne souhaite pas non plus que la crise s'aggrave, conclut Zbigniew Brzeziński.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала