Rosetta confirme la présence d'oxygène sur la comète "Tchouri"

© AP Photo / ESA/ATG medialabLe module Philae
Le module Philae - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
La sonde spatiale européen Rosetta a découvert de l'oxygène en abondance dans l'atmosphère de la comète 67P (Tchourioumov-Guerassimenko), prenant ainsi au dépourvu les scientifiques. Cette découverte devra les amener, dit-on, à revoir les modèles sur la formation du système solaire.

D'après une étude parue récemment dans la revue britannique Nature, il est fort probable que cet oxygène moléculaire (O2) est plus ancien que notre système solaire.

 

"Il va peut-être falloir modifier nos modèles actuels sur la formation du système solaire", a déclaré André Bieler, l'un des auteurs de l'étude, cité par l'AFP.

The target – comet 67P/Churyumov-Gerasimenko - Sputnik Afrique
Une vie extraterrestre serait présente sur une comète

La comète 67P (Tchourioumov-Guerassimenko), surnommée "Tchouri", est une comète périodique du système solaire, nommée d'après le nom de ses découvreurs, les astronomes soviétiques (aujourd'hui ukrainiens) Klim Tchourioumov et Svetlana Guérassimenko, qui ont observé ce corps céleste sur un cliché pris par cette dernière le 23 octobre 1969.

Cette comète est la destination de la sonde Rosetta de l'Agence spatiale européenne, lancée le 2 mars 2004. La sonde est entrée en orbite le 10 septembre 2014 et l'atterrisseur, Philae, s'est posé sur la surface de la comète le 12 novembre 2014.

Robot Philae sur la comète 67P - Sputnik Afrique
Le robot Philae se réveille après 7 mois de sommeil sur une comète

La sonde Rosetta a amorcé son voyage spatial en mars 2004. Evoluant autour du Soleil et suivant une trajectoire complexe, elle s'est rapprochée de l'orbite de Jupiter avant de survoler Mars et, à trois reprises, la Terre. En juillet 2010, la sonde est passée à environ 3.200 km de Lutèce, le plus gros astéroïde jamais observé par les astronomes à une distance aussi courte. En 2014, Rosetta est arrivée à son point de rendez-vous avec la comète Churyumov-Gerasimenko pour laquelle elle avait été conçue.

Les chercheurs espèrent que l'étude de la comète 67P les aidera à mieux comprendre les origines de la vie sur Terre.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала