Grèce: l'opposition fustige le recours au référendum de Tsipras

S'abonnerTelegram
L'opposition grecque est unanime à rejeter l'idée de référendum proposée par le premier ministre.

En rejetant toute idée de référendum, l’ancien ministre grec de l’Intérieur, Nikos Dendias, actuellement député pour le parti d'opposition "Nouvelle démocratie", a proposé samedi de déposer une motion de censure au gouvernement d'Alexis Tsipras.

"La question que pose M.Tsipras, c'est le choix entre l'Europe ou la drachme. Remplissant notre devoir patriotique, nous répondons +l'Europe+", lit-on dans la déclaration de l'ex-ministre, dont RIA Novosti a obtenu copie. 

Et d'ajouter que, comme M.Tsipras était incapable de prendre des décisions responsables, il devrait démissionner. 

Les partis de l'opposition grecque ont dénoncé la décision du chef du gouvernement Alexis Tsipras d'organiser un référendum sur le projet d'accord "argent frais contre réformes" soumis par les créanciers d'Athènes.  Selon l'opposition, cette initiative est une rupture avec les partenaires européens de la Grèce et menace de pousser le pays hors de l'Union européenne. 

Intervenant vendredi, tard dans la nuit, sur la chaîne nationale SKAI, le premier ministre grec Alexis Tsipras a annoncé la tenue le 5 juillet prochain d'un référendum pour ou contre les propositions "en forme d'ultimatum" présentées dans la journée par les créanciers de la Grèce. Il a appelé le peuple grec à donner une "réponse ferme" à cet "ultimatum", les propositions des "institutions" (Commission européenne, BCE et FMI) faisant peser un "fardeau insupportable" sur la nation.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала