Die Zeit: les bataillons de volontaires pourraient se retourner contre Kiev

© Sputnik . Evgeny Kotenko / Accéder à la base multimédiaПрисяга батальона "Азов" в Киеве
Присяга батальона Азов в Киеве - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
Kiev a peu d'influence sur les bataillons de volontaires ukrainiens intégrés à l'armée nationale, qui refusent parfois d'obtempérer aux ordres du commandement et pourraient se retourner contre le régime en place.

Les bataillons de volontaires ukrainiens sont devenus dangereux pour le pays, Kiev étant incapable d'exercer des pressions sur leurs dirigeants bien qu'ils soient intégrés à la Garde nationale, rapporte le journal allemand Die Zeit.

Бойцы батальона “Азов” приняли присягу в Киеве перед отправкой на Донбасс - Sputnik Afrique
"Azov", "Donbass", Secteur droit: les symboles SS revisités en Ukraine

Le ministre ukrainien de la Défense Stepan Poltorak a récemment déclaré qu'il n'y avait pas de formations de volontaires dans le Donbass. Selon lui, toutes les unités engagées dans les hostilités dans l'est du pays font désormais partie des Forces armées. "Le gouvernement ukrainien veut prouver qu'il a réglé le problème des bataillons jugés trop indépendants qui étaient l'objet de nombreuses critiques", explique le journal.

"L'incident de Chirokino a mis en évidence les limites du pouvoir exercé par Kiev sur les bataillons de volontaires. Cela présente de nombreux dangers", a indiqué le journal. 

Fighters of Ukrainian volonteer Azov battalion take part in military exercises not far southeastern Ukrainian city of Mariupol, on February 27, 2015 - Sputnik Afrique
Donbass: les droits de l'homme violés par les bataillons pro-Kiev (HRW)
Le village de Chirokino, situé non loin de Marioupol, a récemment été le théâtre d'un conflit entre le bataillon de volontaires Azov et le commandement de l'armée ukrainienne. Les commandants d'Azov ont refusé de quitter Chirokino quand l'OSCE et Kiev ont souhaité démilitariser cette région stratégique pour protéger les civils.

Ces divergences ne sont pas le seul point d'achoppement: le bataillon Azov comprend des néonazis et ses membres ont commis des actes de pillage, rappelle le journal.
Mais le conflit opposant le président ukrainien Piotr Porochenko et le milliardaire Igor Kolomoski a démontré que les oligarques peuvent aussi avoir une influence sur les bataillons de volontaires. De leur côté, le pouvoir ne peut pas se permettre d'exercer des pressions sur ces unités au risque d'être pris pour cible.

Les autorités ukrainiennes sont obligées de rechercher des compromis. Leur contrôle des volontaires est limité au nom de l'unité de l'Ukraine, conclut le journal.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала