Erdogan: la Turquie et l'Iran doivent servir de médiateurs en Syrie et Irak

© AFP 2022 ATTA KENAREIran's President Hassan Rouhani (R) stands with Turkish President Recep Tayyip Erdogan (2R) during an official welcoming ceremony following the latter's arrival at the Saadabad Palace in Tehran on April 7, 2015
Iran's President Hassan Rouhani (R) stands with Turkish President Recep Tayyip Erdogan (2R) during an official welcoming ceremony following the latter's arrival at the Saadabad Palace in Tehran on April 7, 2015 - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
La Turque et l'Iran doivent jouer un rôle de médiateurs dans les conflits qui se déroulent en Syrie et en Irak, a déclaré le président turc Recep Tayyip Erdogan à l'issue de négociations avec son homologue iranien Hassan Rohani.

La Turquie et l'Iran doivent servir de médiateurs dans les conflits en Syrie et en Irak afin d'arrêter l'effusion de sang dans ces pays, a déclaré mardi le président turc Recep Tayyip Erdogan lors d'une conférence de presse conjointe avec son homologue iranien Hassan Rohani à Téhéran.

"Plus de 100.000 personnes ont péri en Irak et au moins 300.000 autres en Syrie. Je ne divise pas ces victimes en sunnites et chiites. Ce qui importe, c'est que des gens – des musulmans – y sont tués. L'Iran et la Turquie doivent servir de  médiateurs entre les parties belligérantes", a indiqué M. Erdogan.

Ситуация в Сирии - Sputnik Afrique
Syrie: l'espérance de vie a baissé de 20 ans
Le président turc est arrivé à Téhéran pour une visite officielle d'une journée. Il a tenu avec le président Rohani des négociations qui ont porté sur les relations entre les deux pays et les problèmes régionaux et internationaux. Il a également pris part à la deuxième réunion du Conseil de coopération de haut niveau entre la Turquie et l'Iran et rencontré le guide suprême du pays, l'ayatollah Ali Khamenei.

La Turquie et l'Iran occupent des positions différentes sur le conflit syrien. Alors que Téhéran soutient le président Bachar el-Assad, Ankara œuvre pour le chasser du pouvoir en l'accusant d'avoir provoqué des hostilités en Syrie. Il n'en reste pas moins que les deux pays s'accordent sur la nécessité de combattre le groupe terroriste Etat islamique (EI).

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала