Fiasco pour le PS aux élections départementales

© AFP 2022 MEHDI FEDOUACHAn elderly voter and French President Francois Hollande wait to cast their ballots during the second round of the French departementales elections on March 29, 2015
An elderly voter and French President Francois Hollande wait to cast their ballots during the second round of the French departementales elections on March 29, 2015 - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
Le second tour des départementales en France, dimanche, a été remporté haut la main par la coalition des partis conservateurs, qui ont pris le contrôle d'au moins des deux tiers des départements du pays et infligé une défaite politique écrasante aux socialistes, écrit lundi 30 mars le quotidien Rossiïskaïa gazeta.

4 108 nouveaux conseillers généraux devaient être élus au total. Malgré leur enjeu local, ces élections avaient également une importance nationale parce que leur résultat devrait influer sur la disposition des forces à l'approche de la présidentielle de 2017.

Supporters of the French UMP party celebrate after the anouncement of results of the French departementales elections on March 29, 2015 - Sputnik Afrique
Départementales: nouveau camouflet pour le Parti socialiste
Deux conclusions s'imposent après le vote de dimanche: premièrement, la France est fatiguée de la gouvernance de Hollande; deuxièmement, le résultat des départementales crée un tremplin pour le retour au pouvoir de l'ex-président Nicolas Sarkozy, qui a déjà annoncé son intention de présenter sa candidature à la présidence dans deux ans.

Désormais, les conservateurs contrôleront 66 des 102 départements français. La gauche conserve ceux du sud de la France. La droite contrôlera la majeure partie de l'ouest, ainsi que pratiquement tous les départements au centre, au nord et dans l'est du pays.

La défaite des socialistes n'est pas seulement douloureuse parce qu'ils ont perdu près de la moitié des départements contrôlés. Ils ont également perdu la Corrèze, fier historique du président François Hollande.

Les analystes constatent que le Front national de Marine Le Pen a considérablement progressé en remportant un nombre conséquent de places dans certaines régions par rapport aux années précédentes. Cependant, le FN n'a pas obtenu un score suffisant pour prendre le contrôle d'au moins un département.

Le premier ministre Manuel Valls a déclaré qu'il était "difficile d'apaiser la colère et la déception des électeurs de gauche", qui parlaient d'emplois. Il a déploré que la gauche française se soit divisée au lieu de s'unir en coalition, comme l'ont fait certains partis conservateurs.

Марин Ле Пен, лидер партии Национальный фронт - Sputnik Afrique
Aux élections départementales, Marine Le Pen répète la présidentielle
L'éventuel virage de la France à droite avait été préfiguré par le premier tour des départementales du 22 mars. La coalition de droite menée par Sarkozy avait obtenu 29% alors que le PS faisait pâle figure avec à peine 22%. Ce vote a mis en évidence l'apathie politique croissante des Français: seuls près de la moitié des électeurs sont allés aux urnes.

Comme le note à juste titre le New York Times, "l'économie française en déclin jette une grande ombre sur les électeurs, et la longue période de chômage élevé affecte notamment les jeunes". En dépit de certaines améliorations économiques — une légère baisse du déficit budgétaire dernièrement — le taux de chômage avoisine encore 10%, selon Eurostat, ce qui en fait l'un des indices les plus élevés de l'Union européenne.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала