Lavrov: les doubles standards US évidents au Yémen et en Ukraine

© Sputnik . Ramil Sitdikov / Accéder à la base multimédiaУкраина накануне парламентских выборов
Украина накануне парламентских выборов - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
La crise en Ukraine n'aurait pas éclaté si le 22 février 2014 l'Europe et les pays, témoins de la signature d'un accord de sortie de crise entre le président Ianoukovitch et l'opposition, avaient exigé l'application immédiate des ententes enregistrées.

Премьер-министр Украины Николай Азаров, архивное фото - Sputnik Afrique
Le coup d’Etat ukrainien téléguidé depuis l’ambassade US
En soutenant le président yéménite en cavale et refusant leur soutien à l'ex-président ukrainien, les Etats-Unis ont appliqué leurs doubles standards, alors que ces deux situations auraient dû être réglées par des négociations, a estimé vendredi le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov.

"On est bien contraint d'employer ce cliché éculé "deux poids, deux mesures", bien qu'évidemment, nous n'ayons voulu ni ce qui se passe à présent en Ukraine, ni ce qui se produit au Yémen", a déclaré le ministre lors d'une conférence de presse à l'issue de sa visite au Guatemala.

Et d'ajouter que, dans les deux cas, il faudrait progresser vers une réconciliation nationale.

Selon M.Lavrov, la crise ukrainienne n'aurait pas éclaté si le 22 février 2014 l'Europe et les pays, témoins de la signature d'un accord de sortie de crise en Ukraine entre le président Viktor Ianoukovitch et l'opposition, avaient usé de leur influence et exigé de rétablir immédiatement l'accord bafoué par l'opposition.

Разгон протестующих в городе Йемена Таизе - Sputnik Afrique
Yémen: l'instabilité du pays pénalise les Etats-Unis
"Au Yémen, les Etats-Unis se sont comportés d'une manière diamétralement opposée", a rappelé le ministre.

Le 21 février 2014, le président ukrainien Viktor Ianoukovitch et les principaux leaders de l'opposition ont conclu un accord sur le règlement de la crise politique en Ukraine qui prévoyait un retour au régime parlementaire, la formation d'un gouvernement d'union nationale et la tenue de l'élection présidentielle anticipée avant la fin de l'année.

Néanmoins, le 22 février, au mépris des ententes enregistrées et sans attendre que M.Ianoukovitch signe une loi autorisant la réforme constitutionnelle, la Rada Suprême (parlement) a modifié la Constitution, limogé certains ministres et fixé l'élection présidentielle au 25 mai. M.Ianoukovitch a quitté le pays.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала