Le monde arabe n'est pas solidaire avec le Hamas

S'abonnerTelegram
Le calcul de la direction du Hamas sur une solidarité arabe inconditionnelle dans l'opposition contre l'Etat hébreu a complètement échoué, écrit mercredi le quotidien Novye Izvestia.

Le calcul de la direction du Hamas sur une solidarité arabe inconditionnelle dans l'opposition contre l'Etat hébreu a complètement échoué, écrit mercredi le quotidien Novye Izvestia.

Le Tsahal a lancé l'opération Bordure protectrice pour riposter aux centaines de roquettes lancées de la bande de Gaza sur le territoire israélien. Les dirigeants du Hamas appellent les habitants de Judée et de Samarie, faisant partie de l'Autorité palestinienne présidée par Mahmoud Abbas, d'ouvrir un "deuxième front" contre les Israéliens.

L'administration d'Abbas a fait beaucoup d'efforts pour améliorer considérablement le niveau de vie en Palestine, qui est aujourd'hui largement supérieur à celui de la Jordanie ou de l'Egypte. L'exacerbation des relations avec Jérusalem signifierait pour Ramallah le retour au chaos et à la destruction. Malgré le gel des négociations entre Netanyahu et Abbas, la coopération entre les renseignements israéliens et palestiniens se poursuit. Pour "relâcher la pression" Ramallah autorise les manifestations des partisans du Hamas sur le territoire palestinien tout en les empêchant de dépasser les limites de l'acceptable. Même si au niveau politique Mahmoud Abbas se trouve du côté de Gaza et exigent des Israéliens de stopper immédiatement l'opération Bordure protectrice. Il est à noter également que le dirigeant palestinien a condamné le Hamas pour l'enlèvement et le meurtre de trois étudiants israéliens et exigé de Gaza de cesser les tirs contre Israël.

Les relations entre Gaza et le Caire sont loin d'être meilleures. Le gouvernement égyptien actuel considère le Hamas comme une "branche palestinienne" des Frères musulmans interdits dans le pays. Après le lancement de l'opération Bordure protectrice, le Caire ne pouvait pas ne pas condamner l'agression israélienne. Cependant, l'armée et la police d'Egypte ont empêché à plusieurs reprises les tentatives de lancement de roquettes sur Israël à partir du Sinaï.

Le Hamas a été proclamé hors la loi en Jordanie. Le royaume craint l'influence des partisans du Hamas qui sont à 60-65% des Palestiniens reconnus par Amman comme des citoyens légaux du pays. Le risque de radicalisation de la Jordanie est si élevé qu'en dépit des divergences sur de nombreuses questions Washington, Jérusalem et Riyad ont convenu d'apporter à Amman toute aide nécessaire pour combattre le terrorisme radical.

Hormis le Qatar, aucun pays arabe ne s'empresse d'apporter son aide à Gaza. Ainsi, l'Arabie saoudite richissime s'est limitée à une assistance de 40 millions de dollars versés au Croissant-Rouge de Gaza pour la réhabilitation des victimes des frappes aériennes israéliennes.

La direction du Hamas est stupéfaite par l'"inaction des frères arabes". Cependant, la télévision égyptienne rappelle que les combattants de ce mouvement sont impliqués dans la mort de dizaines de soldats égyptiens.

La disposition de la "rue arabe" traditionnellement voyant Israël comme le responsable de tous les maux au Moyen-Orient change. Les Arabes arrivent à la conclusion que l'islam radical est le principal responsable des événements sanglants aussi bien en Irak qu'en Syrie et en Palestine, y compris la bande de Gaza.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала