La marine américaine envoie des renforts en mer Noire

© U.S. Navy photo by Photographer's Mate 1st Class Michael W. Pendergrass. (RELEASED)Rossiïskaïa gazeta
Rossiïskaïa gazeta - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
Les Etats-Unis ont renforcé leur présence en mer Noire avec deux navires stationnés dans la zone aujourd’hui : le destroyer Donald Cook et la frégate Taylor. Le navire collecteur de renseignements Dupuy-de-Lôme suit également de près la situation dans la région, écrit jeudi le quotidien Rossiïskaïa gazeta.

Les Etats-Unis ont renforcé leur présence en mer Noire avec deux navires stationnés dans la zone aujourd’hui : le destroyer Donald Cook et la frégate Taylor. Le navire collecteur de renseignements Dupuy-de-Lôme suit également de près la situation dans la région, écrit jeudi le quotidien Rossiïskaïa gazeta.

Dans quelle direction sont pointés les radars américains ? La réponse va de soi - le littoral criméen. Jusqu’ici les amiraux occidentaux avaient au moins cherché à cacher leur intérêt pour la péninsule et la zone ukrainienne frontalière derrière un prétexte : leur participation aux manœuvres de l'Otan. Ils ne s’en donnent même plus la peine aujourd’hui. Le site internet de l'US Navy écrit ouvertement que la mission de la frégate Taylor consiste à "assurer les alliées américains de l'Otan de la détermination de la marine américaine à renforcer et à améliorer la coopération pour accomplir des objectifs communs dans cette région".

En principe, les deux navires américains en mer Noire disposent de capacités offensives : le destroyer Donald Cook est doté du système Aegis et de missiles Tomahawk, et la frégate Taylor dispose de missiles antinavires Harpoon et du système antiaérien SM-1MR Standard. Toutefois, les experts sont convaincus que l'affaire n'ira pas jusqu'à la confrontation armée directe avec les navires russes. L'entrée de l'Otan en mer Noire vise clairement à faire pression sur la Russie et soutenir psychologiquement l'Ukraine, comme à l’été 2008 quand les amiraux occidentaux avaient rassemblé un groupe naval bien plus puissant près des côtes géorgiennes. Nous savons comment cela s'est terminé : les forces de l'Otan ont brandi des drapeaux de différentes couleurs avant de se retirer.

Cette fois la réaction de la Russie ne se ferait pas non plus attendre : la flotte de la mer Noire en Crimée dispose depuis longtemps d'un système de défense antimissile fiable et le croiseur Moskva pourrait réagir immédiatement à toute provocation des Américains. Ce navire a été surnommé en Occident "le tueur de porte-avions". Ces 16 complexes antinavires Voulkan sont capables d'anéantir une flotte bien plus importante que celle qui se trouve près des côtes russes.

L'état-major de la marine russe possède des informations intéressantes sur la frégate Taylor : pendant les JO de Sotchi son équipage avait été également envoyé en mer Noire avec l'USS Mount Whitney de la 6e flotte américaine. Cette expédition avait semé la confusion. Le 12 février, en entrant dans le port turc de Samsun, la frégate s'était échouée en abimant son hélice. Le navire avait alors dû être remorqué pour subir des réparations dans le port grec de Souda.

Cela explique probablement le séjour prolongé de l'USS Taylor dans des eaux qu'il devait pourtant quitter après 21 jours - la durée limite de la présence en mer Noire de navires militaires d'Etats extérieurs à la région, selon la Convention de Montreux. L'équipage avait dépassé la durée limite de plus de moitié, ce dont la Russie a informé les autorités turques responsables du respect de la convention.

Le destroyer Donald Cook est entré dans la mer Noire le 10 avril. Espérons que l'USS Taylor et le Dupuy-de-Lôme ne s'échoueront pas et quitteront la mer Noire dans les délais impartis.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала