De nouveaux missiles pour le système anti-aérien Tor

© Photо: ru.wikipedia.orgDe nouveaux missiles pour le système anti-aérien Tor
De nouveaux missiles pour le système anti-aérien Tor - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
Les systèmes anti-aériens constituent un des principaux éléments de la machine de guerre moderne. Le directeur général adjoint du groupe Almaz-Antey Sergueï Drouzine a évoqué pour La Voix de la Russie certains produits récents du groupe, notamment le système anti-aérien Tor-M2.

Le nom du système anti-aérien de courte portée Tor a pour origine une figure géométrique et non pas un dieu scandinave. Différentes versions du système sont produites depuis les années 1980. La dernière en date, Tor-M2, se distingue des versions précédentes par un équipement et un armement perfectionnés.

Cependant jusqu'à ces derniers temps, une version légèrement simplifiée, Tor-M2U (Tor-M2E dans sa version destinée à l'exportation), était produite pour les forces armées de Russie et des clients étrangers, dotée d'un nouveau radar et tirant des missiles 9M331 de génération précédente.

Sergueï Drouzine a ajouté que le missile de nouvelle génération, 9M338, venait de passer des essais complémentaires visant à le préparer pour une fabrication en série. Au cours des essais, les missiles ont démontré leur faculté à atteindre des cibles de petite dimension (20 cm de diamètre). De plus, la portée indiquée dans les caractéristiques a été dépassée.

Un autre atout du 9M338 est sa plus petite taille par rapport au 9M331: dorénavant, on pourra installer sur un véhicule 16 missiles, contre huit auparavant. Grâce au nouveau radar et au meilleur rendement du système de commandement, le Tor-M2 est en mesure d'accrocher simultanément quatre cibles. La fabrication en série du Tor-M2 va être lancée dans un avenir proche, permettant d'augmenter la capacité de combat des forces anti-aériennes de l'armée de terre.

En outre, le nouveau missile pourra être utilisé sur les navires de guerre armés du système anti-aérien Kinjal. Selon Sergueï Drouzine, les systèmes navals Kinjal pourraient être adaptés au missile 9M338 si une telle commande était faite.

Le perfectionnement des systèmes anti-aériens dépend de l'essor de l'industrie électronique, de la sidérurgie, de la chimie et de plusieurs autres branches de l'industrie et de la science. Les radars équipés d'une antenne à balayage électronique actif deviennent un élément clé de ces systèmes.

L'antenne à balayage électronique actif a ceci de particulier que chaque élément ou chaque groupe d'éléments du réseau possède son propre émetteur, ce qui produit un signal de plus grande puissance. L'utilisation de telles antennes permet d'étendre cardinalement les possibilités des radars et d'augmenter leur ressource et leur fiabilité.

La technologie des antennes à balayage électronique actif existe depuis longtemps, mais l'apparition de nouveaux matériaux, comme le nitrure de gallium, permet d'accroître la puissance des amplificateurs à transistor et, par conséquent, celle du radar, sans augmenter ses dimensions. L'accroissement des caractéristiques est assuré par le traitement numérique du signal immédiatement sur l'antenne. D'où de meilleures facultés sélectives, une plus grande exactitude et une immunité au bruit. Tout cela, ajouté aux meilleures capacités des systèmes de commandement et au perfectionnement des missiles eux-mêmes, permet d'accroître l'efficacité du système.

De tels travaux sont onéreux, mais une hausse des bénéfices d'Almaz-Antey (numéro un en Russie et 14e au classement des entreprises militaires mondiales avec 5,8 milliards de dollars de bénéfices en 2012 selon le classement de Defense News américain) sur fond de dépenses militaires croissantes de la Russie et d'une demande stable des produits du groupe à l'étranger promet l'apparition de nouveaux systèmes anti-aériens dans un avenir proche.    N

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала