Missile Boulava : premier lancement, premier échec

© Photo Flotte du Nord russeKommersant
Kommersant - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
Le lancement du missile intercontinental Boulava, issu de la première série mise en service, a échoué vendredi dernier. Le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou a donc décidé de suspendre les essais de deux porteurs du missile : les sous-marins nucléaires lanceurs d'engins (SNLE) Alexandre Nevski et Vladimir Monomakh, écrit lundi 9 septembre le quotidien Kommersant. Leur mise en service sera très probablement reportée à 2014.

Le lancement du missile intercontinental Boulava, issu de la première série mise en service, a échoué vendredi dernier. Le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou a donc décidé de suspendre les essais de deux porteurs du missile: les sous-marins nucléaires lanceurs d'engins (SNLE) Alexandre Nevski et Vladimir Monomakh, écrit lundi 9 septembre le quotidien Kommersant. Leur mise en service sera très probablement reportée à 2014.

Une commission spéciale est aujourd’hui chargée d'enquêter sur les causes de l'incident mais comme l'objectif du lancement était de tester le système balistique du sous-marin - et non pas de vérifier les performances de Boulava - le missile n'était pas doté d'équipements télémétriques, ce qui complique la tâche des inspecteurs.

La suspension des essais des SNLE du projet 955 Alexandre Nevski et Vladimir Monomakh a été annoncée samedi dernier par le service de presse du ministère de la Défense. La porte-parole du ministère a également ajouté que Sergueï Choïgou avait décidé d'organiser cinq lancements supplémentaires du missile Boulava afin de vérifier ses performances techniques. Personne n'a prononcé, depuis, de commentaires officiels sur l'échec du lancement de Boulava – élément central des forces russes de dissuasion nucléaire.

Le missile a été lancé le 6 septembre à 7h20 heure de Paris, depuis le SNLE Alexandre Nevski immergé en mer Blanche sur le polygone de Koura, au Kamtchatka. Après l'ordre envoyé par le poste de commandement central du QG, le missile a quitté son silo mais à la deuxième minute de vol un dysfonctionnement s'est produit dans le système de contrôle du deuxième étage de Boulava.

Selon une source, l'incident a été rapporté à Sergueï Choïgou une demi-heure après les faits et 10 minutes plus tard, il en rendait compte au président Vladimir Poutine qui se trouvait à cet instant au sommet du G20 à Saint-Pétersbourg. Une source de l'administration présidentielle a souligné que le lancement du missile n'était pas associé à la présence de Poutine au sommet.

"Si le lancement avait réussi, le président aurait pu l'annoncer personnellement en présence d'autres chefs d'Etat". Le porte-parole du président Dmitri Peskov a toutefois démenti cette éventualité. "Le chef de l'Etat n'aurait jamais annoncé le premier essai réussi d'une arme quelconque, qui plus est pendant le sommet du G20, a-t-il déclaré. En cas de réussite,

Sergueï Choïgou aurait pris rendez-vous avec le président pour lui en rendre compte personnellement." On pourrait supposer qu'en cas de réussite les agences de presse en auraient immédiatement parlé.

Une commission spéciale a été créée sous la direction de l'amiral Viktor Tchirkov, chef de la marine, pour déterminer les causes de l'incident. Selon certaines informations, le vice-premier ministre Dmitri Rogozine, qui supervise le complexe militaro-industriel, a rencontré samedi dernier les représentants du ministère de la Défense et, notamment, de l'Institut des technologies thermiques de Moscou. "L'Institut des technologies thermiques de Moscou n'est absolument pas responsable : il est donc inutile de parler des mesures à entreprendre en termes de personnel, a déclaré hier l'un des membres de la commission d'enquête. La responsabilité revient certainement à une entreprise du consortium." La commission militaro-industrielle a officiellement confirmé la réunion mais s'est refusée à tout commentaire.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала