Syrie/attaque chimique: une tentative de torpiller Genève 2 (Moscou)

S'abonnerTelegram
Les informations faisant état de l'attaque chimique lancée mercredi dans la région de Damas font penser à une tentative de torpiller la convocation de la deuxième conférence de Genève sur la Syrie (Genève 2), estime le porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Alexandre Loukachevitch.

Les informations faisant état de l'attaque chimique lancée mercredi dans la région de Damas font penser à une tentative de torpiller la convocation de la deuxième conférence de Genève sur la Syrie (Genève 2), estime le porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Alexandre Loukachevitch.

"Tout ceci ressemble fortement à une tentative de fournir un prétexte pour demander au Conseil de sécurité de l'ONU d'intervenir en faveur des opposants au régime de Damas et de torpiller par là même les chances de convocation de la conférence de Genève", a déclaré jeudi le diplomate lors d'un point de presse à Moscou.

Il a rappelé que des experts russes et américains se réuniraient le 28 août à La Haye dans le cadre des préparatifs du nouveau forum de Genève sur la Syrie.

Moscou estime qu'il est très important de procéder à "une enquête objective et compétente" sur cette attaque chimique présumée.

"Nous appelons de nouveau l'ensemble des acteurs susceptibles d'influer sur les extrémistes armés à faire tout leur possible pour mettre un terme aux provocations commises avec l'utilisation de substances chimiques", a conclu le porte-parole de la diplomatie russe.

Des médias citant des défenseurs des droits de l'Homme ont rapporté mercredi que les forces gouvernementales syriennes ont lancé une attaque chimique dans une banlieue de Damas, qui aurait fait plus de 600 morts. Les autorités syriennes démentent cette information.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала