Boulava, M51, Trident II : un petit club très fermé…

© PhotoJean-Dominique Merchet
Jean-Dominique Merchet - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
L'échec du tir d'un missile stratégique français, le 5 mai dernier, depuis un sous-marin nucléaire lanceurs d’engins (SNLE) Le Vigilant en plongée au large du Finistère, confirme, si besoin était, que cette technologie reste bien l’une des plus complexes du monde.

L'échec du tir d'un missile stratégique français, le 5 mai dernier, depuis un sous-marin nucléaire lanceurs d’engins (SNLE) Le Vigilant en plongée au large du Finistère, confirme, si besoin était, que cette technologie reste bien l’une des plus complexes du monde.

Les Russes en savent quelque chose, avec le missile RSM-56 Boulava qu’ils ont eu beaucoup de mal à mettre au point, après avoir essuyé de nombreux échecs : 7 sur  20 tirs depuis 2004.

Avec la Russie et la France, seuls les Etats-Unis avec le Trident II - et le Royaume-Uni, qui utilise toutefois le savoir-faire américain-  sont aujourd’hui capables de lancer des missiles depuis un sous-marin en plongée. Les Chinois possèdent, eux aussi, des SNLE, mais beaucoup d’experts doutent du fait qu’ils maîtrisent complètement cette technologie. Les Russes, eux-mêmes, semblent changer d’univers avec le missile Boulava, à carburant solide, et le sous-marin Dmitri Donskoï de nouvelle génération, qui permet réellement de tirer en plongée et non après fait surface…

L’échec du tir français est "embêtant", reconnait-on dans les hautes sphères de la Défense. "Embêtant", mais pas plus, car on assure qu'il ne s'agit pas d'un problème systémique, qui remettrait en cause la technologie même du missile ou de son lanceur.

Une commission a été chargée d'analyser les causes de cet échec. Elle épluche toutes les données enregistrées alors que la Marine nationale tente de recueillir les restes du missile M51 au large de la Bretagne. La commission devrait rendre ses conclusions, fin juin ou début juillet, mais l’essentiel du rapport d’enquête devrait rester secret-défense.  Ce que l’on sait aujourd’hui, c’est que des éléments jugés plutôt rassurants ont déjà été communiqué aux autorités françaises. "On ne sait pas ce qu'il s'est passé, mais on sait déjà ce qu'il ne s'est pas passé" explique-t-on dans ces milieux.

Que s’est-il passé ? Le tir s'est déroulé de manière nominale. Le SNLE Le Vigilant est venu à son immersion de lancement, proche de la surface, et a réduit sa vitesse au minimum pour éviter l'effet de cisaillement à la sortie du tube. Le missile M51 de 56 tonnes a été éjecté par un système de chasse  - de l'eau vaporisée sous l'engin - et il a allumé son moteur-fusée juste avant d'atteindre la surface.

Dès son lancement, le missile est entièrement autonome et le sous-marin n'a plus aucun contrôle sur lui.

"Moins de cinquante secondes" après le tir, le missile s'est "autodétruit", selon le mot employé par le ministère de la Défense. Dans la dissuasion nucléaire, chaque mot compte : "autodétruit" ne signifie pas qu'il a  explosé en vol pour une cause inconnue, mais que le missile a activé son propre système d'autodestruction. "On sait que ça, au moins, ça a marché..." reconnait une source bien informée.

Pourquoi le missile a-t-il pris cette décision de s'autodétruire ? C'est la question que la commission d'enquête doit résoudre. Il existe, globalement, deux possibilités. Soit la décision est irrationnelle, c'est-à-dire qu'il s'agit d'un bug informatique. Soit elle est rationnelle, parce que le missile déviait de sa trajectoire programmée, pour une raison inconnue, par exemple une panne d'un système de navigation très sophistiqué.  Lors des tirs d'essais, le missile est équipé de plusieurs équipements spécifiques dont il ne dispose pas dans sa version opérationnelle, notamment un système d'autodestruction et des différents capteurs pour récolter des données au cours du vol.

En France, ces tirs de missile stratégiques sont relativement rares. Ils sont évidemment réalisés sans les têtes nucléaires, qui peuvent être jusqu’à six. Début mai, il s'agissait du sixième tir d'un M51 depuis 2006, les cinq premiers s'étant déroulés avec succès et quatre d'entre eux étaient consacrés à la validation de ce nouvel engin d’une portée d’environ 10.000 km, qui permet d’atteindre des cibles plus lointaines que son prédécesseur M45.

Chaque SNLE tire un missile à la sortie de son grand carénage (période d’entretien) - ce qui globalement, pour les 4 SNLE, signifie environ un tir tous les deux ans. Les lancements se font toujours depuis le sud Finistère au large de Penmarc'h.

La législation internationale oblige la France à annoncer un créneau de date pour ses tirs d'essais, afin de ne pas perturber la circulation aérienne au dessus de l'Atlantique, via les Notam (Notice to Airmen). Les tirs se font en direction de la Guyane française et du Brésil. Quelques lancements, effectués depuis le sol au centre d'essais des Landes, ont eu lieu plus au nord, en direction du Canada, afin d'éviter le survol du nord-ouest de l'Espagne, mais cela avait alors provoqué des protestations de la part d’élus canadiens.

Les vols durent une vingtaine de minutes, le temps de parcourir plusieurs milliers de kilomètres.   Les Russes, eux, tirent depuis la Mer Blanche en direction du Kamtchatka, sur le polygone de Kura.

L’opinion de l’auteur ne coïncide pas forcément avec la position de la rédaction.

* Jean-Dominique Merchet, journaliste spécialisé dans les affaires de Défense. Auteur du blog français le plus lu sur ces questions, créé en 2007. Ancien de l’Institut des hautes études de défense nationale. Auteur de nombreux ouvrages dont : « Mourir pour l’Afghanistan » (2008), « Défense européenne : la grande illusion » (2009), « Une histoire des forces spéciales » (2010), « La mort de Ben Laden » (2012).

Afghanistan: "Ne faites pas ce que nous avons fait!"

La victoire balkanique de Lady Ashton

POM, POM, POM, POM….

Corée du Nord : images de guerre

Des armes pour la Syrie?

La prolifération nucléaire n’a pas eu lieu

Qui se souvient de Stalingrad?

Le Blitzkrieg à la française

Le retour de la «guerre contre le terrorisme»

2003-2013 : les dures leçons de la guerre d’Irak

Le pavillon russe flotte… mais difficilement

Syrie : comme une odeur de gaz…

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала