La Marine chinoise tape sur les nerfs de ses voisins

S'abonnerTelegram
La Chine a organisé ses plus grandes manœuvres militaires depuis trois ans, près des îles Paracels et Spratleys revendiquées par six pays, écrit le quotidien Nezavissimaïa gazeta du 28 mai 2013.

La Chine a organisé ses plus grandes manœuvres militaires depuis trois ans, près des îles Paracels et Spratleys revendiquées par six pays, écrit le quotidien Nezavissimaïa gazeta du 28 mai 2013.

En 2010, Pékin avait mené des exercices similaires pour contrarier les USA. A l'époque l'Amérique avait riposté en envoyant dans la mer Jaune le porte-avions George Washington pour des manœuvres conjointes avec la Corée du Sud.

Cette fois l'envoi des navires chinois visait à mettre en garde les Etats-Unis et leur allié – les Philippines. Ces dernières se servent en effet des protestations diplomatiques pour pousser Pékin à renoncer aux revendications de l'archipel des Spratleys (les Nansha en chinois). Et Washington, qui soutient les Philippines, a envoyé dans la région litigieuse son porte-avions Nimitz.

Le colonel chinois à la retraite Yue Gang pense que ces manœuvres visent à monter aux Philippines que Pékin maintiendra une position intransigeante dans le litige territorial.

Cependant Pavel Kamennov, expert à l'Institut russe de l'Extrême-Orient, pense que ces exercices ne sont pas associés uniquement au conflit en mer de Chine méridionale. "Pendant le 18ème congrès du parti communiste chinois, le secrétaire général Xi Jinping a donné la directive de transformer la Chine en puissance maritime. Elle l’est déjà grâce à sa flotte commerciale mais étant donné que le président américain Barack Obama a déclaré que l'Asie-Pacifique deviendrait le centre des efforts militaires des USA, la Chine devait réagir de façon appropriée", analyse-t-il.

Pour l'instant, la Chine est en retard sur les Etats-Unis dans des secteurs tels que les systèmes de surveillance, des communications, de contrôle et d'interaction entre divers armements. Mais elle dispose déjà de toutes les armes d'une marine moderne – flotte sous-marine, sous-marins nucléaires lanceurs d'engins (SNLE), destroyers dotés de missiles guidés surface-surface. Une partie est d'origine russe.

Sur fond de confrontation potentielle entre deux grandes puissances, la politique de Taïwan concernant le litige maritime paraît un facteur insignifiant. Mais ce n'est pas le cas. Les autorités de l’île ont annoncé que la souveraineté de l'archipel des Spratleys leur revenait.

Auparavant les pêcheurs taïwanais travaillaient dans les eaux proclamées zone économique exclusive par Taïwan et les Philippines. Mais les militaires philippins ont violemment réprimé cette pratique en ouvrant le feu sur une goélette taïwanaise. Un pêcheur a été tué. Taïwan a exigé des excuses et a rappelé qu'il contrôlait la plus grande île de l'archipel, où se situe une unité militaire taïwanaise.

Les Etats-Unis ont déclaré qu'ils regrettaient de voir leurs deux partenaires militaires se quereller et Pékin a approuvé les actes de Taïwan.

Taïwan ne renonce pas à sa politique autonome. Il a passé un accord avec le Japon afin que les pêcheurs taïwanais puissent pêcher dans la zone économique japonaise autour des îles Senkaku, en mer de Chine orientale, également revendiquées par la Chine. Cette fois, Pékin n’a pas approuvé.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала