Victoire sur l’Allemagne nazie: perception de l'événement en Russie et en Occident

© RIA Novosti . Petrusov / Aller dans la banque de photosVictoire sur l’Allemagne nazie: perception de l'événement en Russie et en Occident
Victoire sur l’Allemagne nazie: perception de l'événement en Russie et en Occident - Sputnik Afrique
Le 9 mai 1945, date de la victoire contre l'Allemagne pendant la Seconde guerre mondiale, est l’une des plus importantes de l'histoire de la Russie.

Le 9 mai 1945, date de la victoire contre l'Allemagne pendant la Seconde guerre mondiale, est l’une des plus importantes de l'histoire de la Russie. Mais la perception de cet événement est complètement différente en Russie et en Occident: d’ailleurs ce dernier célèbre cette victoire un jour plus tôt, le 8 mai. La fin de la guerre a engendré de nombreux stéréotypes sur les deux continents et nous nous arrêterons sur les principaux.

Double Journée de la Victoire

Les Etats-Unis et l'Europe occidentale considèrent que le principal acte de capitulation de l'Allemagne a eu lieu à Reims le 7 mai avant d’être officiellement annoncé à la communauté internationale le lendemain. Alors que la Russie l’identifie à l'acte signé par le maréchal Joukov le 9 mai à Karlshorst. L'opinion des historiens diverge sur le choix de la date. Juridiquement le premier acte a été signé par le général Ivan Sousloparov, représentant l'Union soviétique, mais Staline n'a pas apprécié le "comité restreint des alliés" et a insisté sur la signature d'un autre acte, que le président américain Truman et le premier ministre britannique Churchill ont refusé de valider. Même lorsque le second acte a été signé, c'était encore le 8 mai en Europe mais le 9 mai en URSS. Au final, tout le monde a formellement raison concernant les dates de célébration de la Journée de la Victoire. En revanche, les Occidentaux se réfèrent à l'acte de Reims et les Russes à celui de Karlshorst.

© Sputnik . Evgeniy Haldei  / Aller dans la banque de photosDrapeau soviétique au-dessus du Reichstag le 2 mai 1945
Drapeau soviétique au-dessus du Reichstag le 2 mai 1945 - Sputnik Afrique
Drapeau soviétique au-dessus du Reichstag le 2 mai 1945

La guerre contre l'Allemagne ne s'achève pas en 1945

Notons que la signature de ces actes ne signifiait pas la fin de la guerre mais seulement la suspension des combats. Juridiquement l'URSS était en guerre contre l'Allemagne jusqu'au 25 janvier 1955, lorsque le Présidium du Conseil suprême de l'URSS a adopté un décret déclarant la fin de l'état de guerre. Il instaure des relations de paix entre les deux pays et stipule que "toutes les restrictions juridiques survenues en raison de la guerre contre les Allemands, considérés comme citoyens d'un Etat ennemi, sont abrogées". Mais dans la conscience nationale et avec la contribution de l'Etat, la victoire a commencé à être célébrée le 9 mai 1945. Après tout, il était inutile d'attendre la publication d’un document officiel.

Même chose pour les alliés occidentaux. Par exemple, le Royaume-Uni et la France ont officiellement annoncé la fin de la guerre avec l'Allemagne non pas en 1945 mais en juillet 1951. Les Etats-Unis un peu plus tard : en octobre 1951.

Hollywood : les Américains ont remporté la guerre

Les différences de vision sur la guerre sont flagrantes avant tout dans le cinéma et la littérature, qui contribuent largement à façonner l'opinion publique. En résumé, l'Occident estime qu'il a gagné la guerre et la Russie pense qu’elle en est le vainqueur.

Jugez par vous-mêmes : vous pouvez vous souvenir d’au moins une dizaine de films où le scénario se construit principalement autour de la guerre en Europe occidentale et dans le Pacifique. Omettons la seconde région car pour les USA la guerre contre le Japon avait bien plus d'importance que pour l’URSS. Pour cette raison il est logique que les Américains tournent des films patriotiques à ce sujet. Mais en ce qui concerne la confrontation avec l'Allemagne, les avis divergent.

En prenant les 10 films les plus populaires sur la guerre selon le site spécialisé IMDb, huit d'entre eux concernent précisément la guerre en Europe occidentale : La Liste de Schindler, Il faut sauver le soldat Ryan, Le Pianiste, U-571, La Vie est belle, Inglourious Basterds, La Grande évasion, Rome ville ouverte. Et seulement deux se détachent de la guerre en soi et sont consacrés à Adolf Hitler en tant que personnage comique (Le Dictateur) et tragique (Le Bunker).

Le rôle secondaire de l'URSS

Hollywood a toujours évité le thème de la guerre entre l'URSS et l'Allemagne. Le film Stalingrad, avec Jude Law dans le rôle du tireur d'élite Vassili Zaïtsev, est l'une des rares exceptions. Et ce film est plutôt européen qu'américain.

Les films russes reconnus par l'élite cinématographique occidentale tels que Quand passent les cigognes de Mikhaïl Kalatozov et La Ballade du soldat de Grigori Tchoukhraï n'ont pas eu d'impact sur l'opinion publique euro-américaine. C'est une goutte d’eau dans l’océan au regard des centaines de films sur la guerre où les alliés forgent la victoire contre Hitler sur le front Ouest.

C'est aussi le cas dans la littérature et les programmes scolaires d'histoire : ils parlent peu du front Est. Evidemment, une nation qui croit tout est persuadée que les Alliés ont remporté la guerre et que le rôle de l'Union soviétique est secondaire.

Mais ont peut l'interpréter différemment, maudire les "stupides" Américains qui ont "perverti" les faits - ou faire preuve de compréhension. Premièrement, le stéréotype des Américains victorieux est apparu pendant la Guerre froide, quand on présentait au public l'URSS comme un mauvais pays communiste et que personne ne voulait donner une image héroïque d'un Etat négatif, même au cinéma. Deuxièmement, quoi qu'il en soit les Européens et les Américains ont également remporté la victoire et leur propagande de masse a contribué à cultiver cette image. Ce n'est de la faute de personne si cette propagande a été si puissante.

Le débarquement en Normandie, tournant de la guerre

Pas étonnant, donc, que les principales batailles de la Seconde guerre mondiale montrées par Hollywood soient aussi différentes de ce que les Russes ont appris à l'école et vu à la télévision. On sait que la bataille de Stalingrad a marqué un tournant dans la guerre, qu’elle était la plus importante par son envergure, que les Allemands ne sont jamais remis de cette défaite et que la victoire n'était plus qu'une question de temps.

© Photo wikipedia.org / Robert F. SargentDébarquement de Normandie – principal événement de la Seconde guerre mondiale pour l'Occident
Débarquement de Normandie – principal événement de la Seconde guerre mondiale pour l'Occident - Sputnik Afrique
Débarquement de Normandie – principal événement de la Seconde guerre mondiale pour l'Occident

L'Occident a également du respect pour cette bataille mais estime que ce n'était pas la sienne. Pour cette raison, dans les manuels scolaires occidentaux et l'opinion publique, c'est le débarquement en Normandie qui fut la bataille la plus importante, quand le 6 juin 1944 plus de 150 000 soldats alliés ont débarqué sur les côtes françaises. D'ailleurs, contrairement au stéréotype répandu, des Britanniques et des Canadiens ont également participé au débarquement. Le groupe s'est emparé de la côte en perdant 10 000 hommes avant de continuer à progresser sur le territoire occupé par les Allemands. Ensuite, la bataille des Ardennes est considérée comme plus décisive que la bataille de Koursk. Au cinéma, Il faut sauver le soldat Ryan de Spielberg est le film qui présente le mieux le débarquement en Normandie.

Stalingrad oubliée

En effet l'humanité n'avait jamais assisté à un débarquement plus important qu'en Normandie. Mais en termes de forces impliquées et de pertes il est incomparable à la bataille de Stalingrad, où l'URSS a perdu plus de 500 000 hommes et les Allemands pratiquement 1 million. Cela n'a pas vraiment marqué la culture occidentale. Le film Stalingrad a été tourné bien après la bataille idéologique et ne pouvait plus changer la signification enracinée dans l'opinion publique.

L'Allemagne voit tout cela sous un autre angle. Evidemment le thème de la guerre n'est pas clos pour les Allemands mais en prenant les plus grands films sur l'Allemagne, on pense immédiatement à un autre Stalingrad  réalisé en 1993 par Joseph Vilsmaier. Même le titre indique quelle bataille les a le plus marqués.

© RIA Novosti . Oleg Knorring / Aller dans la banque de photosBataille de Stalingrad
Bataille de Stalingrad  - Sputnik Afrique
Bataille de Stalingrad

L'URSS a gagné la guerre sans l'aide des Alliés

Une autre question litigieuse a engendré deux stéréotypes complètement différents en Russie et en Occident. Malheureusement, sur la vague de l'éducation patriotique et du rejet de l'idéologie occidentale, beaucoup de Russes pensent que l'URSS n'avait pas besoin de l'aide des Alliés – qu'elle a vaincu l'Allemagne et que les autres ont rejoint la partie à la fin sans aucunement aider les Russes. C'est faux. Tout le monde se souvient du Land Lease ou Prêt-Bail. Il s'agit du programme américain pour aider les Alliés pendant la guerre. Il a permis de fournir des armes, des munitions, du matériel, des médicaments et de la nourriture. Y compris à l'Union soviétique. Beaucoup de Russes pensent que c'était une aumône.

Mais les faits parlent d'eux-mêmes : plus de 300 000 camions Studebaker, plus de 20 000 avions, sans compter d'autres matériels et des produits alimentaires. Pratiquement toutes les conserves consommées par l'armée et la population étaient d'origine américaine.

Tout cela est tombé dans le hachoir du conflit idéologique d’après-guerre – la Russie sous-estimait le rôle de ces livraisons et l'Occident soulignait leur importance. Tout le monde n'a plus qu'à en tirer des conclusions.

(Article publié sur le site PRM.ru)

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала