Le patriotisme barre la route aux immigrants (journal)

S'abonnerTelegram
La majorité des Russes (65%) sont persuadés qu'il faut réduire le nombre d'immigrants en Russie, écrit mercredi le quotidien Kommersant.

La majorité des Russes (65%) sont persuadés qu'il faut réduire le nombre d'immigrants en Russie, écrit mercredi le quotidien Kommersant.

Seulement 7% pensent qu'il peut être plus élevé et 21% estiment qu'il doit rester au niveau actuel. Tel est le résultat du sondage réalisé en octobre par le centre Levada La majeure partie des personnes interrogées (35%) n'accepte pas que les immigrants légaux, n'étant pas des citoyens russes, aient les mêmes droits que ces derniers.
34% soutiennent ce point de vue. En 2003, 36% de la population se prononçait en faveur de l'équité entre les Russes et les immigrés. Par ailleurs, 71% pensent aujourd'hui qu’ils font augmenter le taux de criminalité – contre seulement 8% qui pensent que ce n'est pas le cas.

"Les immigrants sont des gens ayant un autre niveau de vie et parlant une langue différente. Effectivement, ils irritent les  gens qui ont un statut social et niveau d'éducation bas", déclare Alexeï Grajdankine, vice-président du centre Levada. "Ce point de vue est justifié : d'après les statistiques, près de la moitié des crimes graves sont commis, dans les grandes villes, par des immigrés", déclare Valeri Soloveï, diplômé d'un doctorat d’histoire. D'autant qu'aucun autre pays du monde à l'exception de la Russie n'a de frontières ouvertes avec des pays producteurs de stupéfiants – l'instauration d'un régime de visas avec l'Asie centrale pourrait permettre d'améliorer la situation, estime-t-il.

Les Russes qui estiment que les immigrés volent leur "pain" sont également de plus en plus nombreux. Actuellement, 67% sont de cet avis contre 48% en 1996 et 58% en 2003. Seulement 12% de la population nient que les immigrants privent d'emploi les concitoyens. La majorité des Russes (73%) pense que les autorités doivent prendre des mesures strictes pour expulser des immigrés illégaux. Seulement 7% s'opposent à l'application de mesures strictes contre les clandestins.

Alexeï Grajdankine remarque qu'il n'y avait encore pas d'immigration de travail en 2003 et que les "immigrés, en Russie, étaient des réfugiés des points chauds de la planète". Selon lui, les immigrants connaissent des difficultés pour s'adapter en Russie car le pays d'accueil ne se préoccupe pas de cette question. "Les gens n'apprécient pas le nombre excessif d'immigrés, déclare à son tour Valeri Soloveï. Et selon certaines informations, la Russie est le premier pays du monde en termes de nombre de clandestins". Selon lui, les Russes sont irrités par la réticence des immigrants à s'adapter aux traditions russes et par les fêtes musulmanes organisées au centre de Moscou. "Le problème de l'immigration est un facteur important dans la hausse de la tension sociale", déclare le politologue, soulignant que l'Etat n'a aucun intérêt à régler ce problème.
Une attitude dont témoignent les amendements à la loi sur la citoyenneté. "Le gouvernement remplace la population autochtone par les arrivants, qui lui sont loyaux", a expliqué l'expert.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала