Marine le Pen, arbitre de la vie politique française

© Photo Jacques SapirJacques Sapir
Jacques Sapir - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
Créditée de 18,5% des voix, Marine le Pen se retrouve en position d’arbitre de la vie politique française.

Créditée de 18,5% des voix, Marine le Pen se retrouve en position d’arbitre de la vie politique française. Son résultat contraste avec celui relativement modeste de Jean-Luc Mélenchon (11,10% des voix). On doit cependant retenir que leur potentiel cumulé est passé de 26% en 2011 à 29,60% lors du vote alors que leur positionnement était relativement semblable : anti-système.

Le vote pour Marine le Pen couvre deux électorats distincts. Nous avons un électorat du nord-est de la France, qui est majoritairement un électorat populaire et ouvrier, provenant de petites communes où la misère ouvrière rencontre la misère rurale.

Répartition géographique de l’électorat de Marine le Pen au 1er tour

Ce milieu mi-rural / mi-urbain correspond à une réalité de l’industrie française depuis le développement massif de la sous-traitance dans les années 1980 : un tissu de PME/PMI spécialisées donc dans la sous-traitance et qui sont aujourd’hui directement touchées par les délocalisations mais aussi par la contraction du crédit bancaire vis-à-vis des entreprises. Les résultats au premier tour dans le Nord, le Pas-de-Calais, mais aussi dans la Somme et l’Oise, puis les régions de vieille industrie de l’Est de la France et ce jusqu’à l’Alsace et au Doubs et au Territoire de Belfort (où se trouvent les concentrations industrielles liées à Peugeot et Alsthom), le confirment. À l’Ouest et au Sud de Paris, toujours dans des zones de petite et moyenne industrie, on trouve des résultats entre 21% et 23%, un peu moins impressionnants que ceux du nord-est, mais qui n'en sont pas moins plus élevés que la moyenne nationale. Il est ainsi significatif que les résultats de Marine le Pen soient les meilleurs dans la partie Nord Est de la France, à droite de ce que les géographes appellent la « diagonale de l’industrie » censée séparer une France industrielle d’une France agricole.

À côté de cela il y a un autre électorat, correspondant à l’arc Méditerranéen, et qui est bien plus traditionnel (rapatriés et familles de ces derniers, commerçants aisés, retraités). C’était d’ailleurs sur cet électorat que s’était replié JMLP en 2007 quand le score du FN était tombé à 10%. En réunissant ces deux électorats, Marine le Pen fait une sorte de synthèse qu’avait déjà réussi en partie son père en 2002.

On a beaucoup dit que le total des voix de Marine le Pen restait inférieur à celui, cumulé, de Jean-Marie le Pen et de Bruno Mégret en 2002. Il faut relativiser ce raisonnement pour plusieurs raisons.

Le vote Mégret a été largement un vote de l’électorat « traditionnel » du FN, susceptible par ailleurs de se reporter sur des candidats de la droite modérée. Or, cet électorat tend à se réduire naturellement, ne serait-ce que par la disparition progressive des rapatriés d’Algérie et le passage du souvenir de la Guerre d’Algérie de la mémoire active (on hésite à dire « vive ») à l’histoire (que l’on hésite à qualifier de mémoire « morte »). D’autre part, les déterminants du vote en 2002 restaient aussi traditionnels ; la crise n’avait pas frappé la France. Ce n’est plus le cas aujourd’hui.

L’électorat actuel de Marine le Pen est bien plus composite et témoigne d’un transfert des thématiques de campagne, qui sont passées de l’immigration et de la sécurité aux questions économiques et sociales avec, en toile de fond, la perspective d’une sortie de l’Euro.

L’apparition de « tâches » du vote Marine le Pen dans le couloir rhodanien (zone industrielle souffrant désormais de la concurrence des pays à bas coûts) mais aussi dans une partie de la région sud-ouest tend à confirmer cette progression vers l’électorat ouvrier et non une simple récupération par rapport à 2002. Ceci marque aussi la capacité du discours de Marine le Pen à toucher des couches nouvelles et différentes de celles auxquelles son père s’adressait : petits fonctionnaires supportant de plein fouet l’impact de la dégradation des services publics, petits employés qui ont conscience que leur sort est en partie lié à celui des ouvriers (on sait que quand une ville perd un emploi ouvrier il y a indirectement, une destruction indirecte de 1 à 1,5 emplois en plus dans le commerce et les services).

Les résultats sont plus faibles sur la façade atlantique, de la Bretagne à la côte Basque, mais ils montrent une forte progression (+ 100%) par rapport à 2007, en particulier dans les petits bourgs en Bretagne et en Vendée. Ceci traduit aussi un changement de population de ces petits bourgs (phénomène connu sous le nom de rurbanisation). De nombreux petits fonctionnaires et employés viennent s’installer dans ces bourgs, chassés par la montée des prix de l’immobilier des grandes villes où se trouve leur emploi. Ils transportent ainsi dans ces bourgs leur angoisse du lendemain (chômage) et leurs problèmes de crédit, qui viennent s’ajouter aux problèmes des populations traditionnellement rurales.

Les zones où se mélangent la petite et moyenne industrie et les restes de la ruralité traditionnelle sont donc bien celles où Marine le Pen fait ses meilleurs résultats. Ce sont elles où les électeurs potentiels attendaient des réponses précises à des problèmes précisément identifiés : le chômage et la désindustrialisation du pays, l’absence de crédit à taux faibles pour le logement et l’accès inégal présent et futur aux services publics (santé, éducation). Les propositions de François Hollande ou de Nicolas Sarkozy ont été jugées soit peu convaincantes soit inadaptées.

Le discours de Marine le Pen a mélangé des éléments de réponse fantasmés (la priorité nationale et l’immigration) et des éléments réels de réponse (le protectionnisme, un système de crédit public appuyé sur la Banque de France dans le cadre d’un retour au Franc, la défense des services publics).

Cet électorat composite réagit très différemment à la campagne menée par Nicolas Sarkozy depuis le premier tour pour tenter de récupérer les voix qui se sont portées sur Marine le Pen. Dans ce but le Président-Candidat n’a pas hésité à enfourcher les thèmes les plus douteux du discours de Marine le Pen sur l’immigration. La frange traditionnelle, et réactionnaire, peut incliner vers le Président-Candidat, en raison de sa rhétorique anti-immigration ; mais certainement pas l’électorat populaire. Ce dernier ne croit plus aux promesses faites par Sarkozy. Cet électorat peut s’abstenir ou même voter pour François Hollande, non par adhésion mais pour « punir » le Président de ses promesses non tenues. Qu’une fraction de cet électorat se décide à voter François Hollande, et cela signifiera la défaite assurée pour Nicolas Sarkozy. Au-delà, cet électorat populaire, par son extension sur tout le territoire français, va donner à Marine le Pen la possibilité de présenter des candidats aux élections législatives du mois de juin dans toutes les circonscriptions, et de les maintenir au second tour (ou il faut pour cela franchir la barre des 12,5% au premier tour). La multiplication de « triangulaires » (un candidat de droite, un de gauche, et un du Front National) est susceptible de provoquer une véritable déroute pour le parti de Nicolas Sarkozy.

La nouvelle sociologie du vote pour Marine le Pen en fait donc bien l’arbitre non seulement du second tour de l’élection Présidentielle mais, au-delà, de la vie politique française dans son ensemble. Au-delà, elle incarne la montée d’un rejet du «système» qui ne peut aller que s’accentuant.

 

L’opinion de l’auteur ne coïncide pas forcément avec la position de la rédaction.

*Jacques Sapir est un économiste français, il enseigne à l'EHESS-Paris et au Collège d'économie de Moscou (MSE-MGU). Spécialiste des problèmes de la transition en Russie, il est aussi un expert reconnu des problèmes financiers et commerciaux internationaux.

Il est l'auteur de nombreux livres dont le plus récent est La Démondialisation (Paris, Le Seuil, 2011).

L’Euro, un fantôme dans la campagne présidentielle française

Euro : la fin de la récréation

Zone Euro : un optimisme en trompe l’œil?

La restructuration de la dette grecque et ses conséquences

À quel jeu joue l’Allemagne ?

La Russie face à la crise de l’euro

Le temps n’attend pas

Zone euro : le « mieux de la mort » ?

La récession européenne et ses conséquences

La crise de la zone Euro et la responsabilité historique des dirigeants européens

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала