Qui pourra protéger les chrétiens d'Orient?

S'abonnerTelegram
Au cours des sept dernières années, les violences physiques et les attentats contre les chrétiens en Afrique, en Asie et au Proche-Orient ne cesse de se multiplier.

Au cours des sept dernières années, les violences physiques et les attentats contre les chrétiens en Afrique, en Asie et au Proche-Orient ne cesse de se multiplier. Le printemps arabe a aggravé et accéléré ce processus qui a revêtu la forme d'un tsunami. A la fin de l'été dernier, 200.000 Coptes ont quitté leurs maisons à la recherche d'un refuge contre les répressions des nouvelles autorités.

Les actions dirigées contre les chrétiens en Irak, même en présence des forces de l'Otan, ont réduit leur nombre d'un million à moins de 500.000 individus. Selon les statistiques de l'ONU, au Soudan du Sud, en dépit de l'intervention de la communauté internationale, entre 53.000 et 75.000 personnes ont quitté leurs lieux de résidence historique. Par ailleurs, de la même manière que les milliers de chrétiens qui ont fui l'Orient, ils n'ont pratiquement aucune chance de revenir, car leurs maisons sont démolies et pillées.

Si au début du XXe siècle 25% de chrétiens toutes confessions confondues vivaient près des lieux saints au Moyen-Orient, aujourd'hui ils sont moins de 5%. Et il est à noter que les actes de vandalisme et de terreur physique sont commis avec le soutien silencieux ou la contribution directe des gouvernements des pays musulmans.

L'Arabie saoudite, principal allié de l'Occident dans la région, occupe une place particulière dans ce sens. Près d'un million de chrétiens vivent dans ce pays, cependant les églises et même la prière à la maison sont interdites. Les unités spéciales de la police religieuse peuvent effectuer des raids contre les maisons des chrétiens dans lesquelles les gens se sont réunis pour prier.

En Egypte les forces de sécurité ont été utilisées pour disperser la manifestation pacifique des Coptes indignés par les violences et les répressions. Les camions de police ont percuté la foule de manifestants en blessant les gens. Au final, 24 personnes ont été tuées et plus de 300 blessées.

Le laxisme et l'encouragement des islamistes radicaux qui tuent non seulement les chrétiens mais également les musulmans et les muftis qui condamnent de telles actions semblent avoir paralysé les sociétés de nombreux pays orientaux. Nina Shea, directrice du Centre pour la liberté religieuse de l'Institut Hudson, estime qu'à l'heure actuelle les minorités chrétiennes de nombreux pays musulmans ne sont plus protégées par la société.

L'agressivité et l'influence accrue des salafistes incitent même les gouvernements traditionnellement loyaux envers les minorités religieuses à renoncer à protéger leurs concitoyens chrétiens. On constate une telle situation, par exemple, en Jordanie.

On a toujours considéré que l'Iran et Israël étaient les plus tolérants envers les chrétiens. Dans le contexte général d'une catastrophe humanitaire cela semble effectivement être le cas. Cependant, en Iran des dizaines de chrétiens ont été arrêtés pour avoir prié en dehors d'une église. En Israël, les chrétiens ne bénéficient pas des mêmes privilèges que les citoyens de confession judaïque; à plusieurs reprises on a fixé un quota pour le nombre de moines dans les monastères orthodoxes.

La situation sur le territoire de l'Autorité nationale palestinienne est carrément catastrophique. "Dans les villes palestiniennes, où les chrétiens étaient majoritaires avant les Accords d'Oslo, leur nombre diminue rapidement. Ce processus a atteint une telle proportion qu'on peut parler de déchristianisation de la Terre sainte. A Ramallah, siège de l'ANP, les chrétiens, qui représentaient plus de 90% de la population, sont à peine plus de 10% aujourd'hui. Et à Bethléem, ils ne sont plus 85% mais 12%... L'islamisation progressive des territoires palestiniens est organisée par les clans islamistes locaux et soutenue pleinement par le gouvernement", a déclaré Evgueni Satanovski, président de l'Institut du Proche-Orient.

Il est triste de constater que dans le contexte du silence du monde chrétien, c'est Al-Qaïda qui prend leur défense en appelant à ne pas toucher aux chrétiens afin de ne pas donner un prétexte à une ingérence étrangère.

Selon le magazine Newsweek, la christianophobie qui règne dans l'Orient musulman atteint par son envergure et sa violence l'ampleur d'un génocide sur lequel il est temps d'attirer l'attention du monde entier. Et dans ce sens la Russie ne peut pas rester à l'écart, étant donné son autorité dans le monde arabe, et notamment en Palestine.

En ce qui concerne le silence de l'Occident, il s'explique avant tout par des raisons politiques. Une position intransigeante en matière de protection des droits de l'homme et des minorités religieuses dans les pays des révolutions victorieuses serait susceptible de détériorer significativement les relations avec les nouveaux régimes.

D'autant plus que ce serait une reconnaissance indirecte du fait que l'Occident se laissait aller au fil du courant au lieu de miser sur les forces saines dans le monde musulman. On se demande également qui profitera finalement des fruits des victoires sur les autocraties en Afrique du Nord et au Proche-Orient. Evidemment, on le saura par la suite, mais le sort des chrétiens qui vivaient depuis des siècles en Orient paraît scellé.



L’opinion de l’auteur ne coïncide pas forcément avec la position de la rédaction

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала