La fin de l’époque postsoviétique

© RIA NovostiFedor Loukianov
Fedor Loukianov - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
Vladimir Poutine a exprimé une idée importante dans son article programmatique publié en début de semaine: la période postsoviétique de développement est achevée, et il est temps de passer à autre chose.

Vladimir Poutine a exprimé une idée importante dans son article programmatique publié en début de semaine: la période postsoviétique de développement est achevée, et il est temps de passer à autre chose. Toutefois, il ne précise pas ce qu’est cette "autre chose." Le candidat à la présidentielle ne lève pas le voile d’incertitude qui entoure l’avenir. Mais en soi cette constatation est importante. L’homme politique russe numéro 1 a reconnu que la fixation sur l’effondrement de l’URSS, qui était propre à la conscience politique et sociale de ces 20 dernières années, n’avait plus de potentiel positif. Un ordre du jour différent est nécessaire.

La phase postsoviétique de l’histoire russe, en la réduisant à une formulation simple, se limitait au fait que le moment de la désintégration de l’ancien pays était pris pour point de départ de toute action du gouvernement. L’angle de vue et les perceptions changeaient. Tout a commencé par des postulats anticommunistes au début des années 1990, lorsque le rejet de tout ce qui est soviétique servait de légitimation au nouveau gouvernement. Toutefois, cette attitude a rapidement commencé à s’éroder, les difficultés et les échecs de la mise en place de la démocratie ont conduit à la croissance de la colère au sein de la société, ce qui s’exprimait par la nostalgie. L’Etat a également tenté de l’utiliser à son avantage, soit au moins de la canaliser pour la rendre inoffensive, en revenant à l’esthétisme et à la symbolique soviétique. Dans les années 2000 le gouvernement russe manipulait activement les éléments soviétiques en stimulant périodiquement la nostalgie du passé pour détourner l’attention des événements actuels. Autrement dit, la complicité avec la gloire d’antan (réelle ou fictive) lui servait de légitimation.

L’essence de la phase postsoviétique est très clairement perçue dans la politique étrangère. Depuis le début des années 1990 et jusqu’à la fin des années 2000, sur la scène internationale la Russie cherchait avant tout à prouver aux partenaires étrangers que l’effondrement de l’URSS ne signifiait pas sa disparition de la scène mondiale en tant que principal acteur. Les méthodes utilisées à cet effet étaient différentes à diverses époques, mais l’objectif de rétablir le statut de grande puissance restait inchangé. Dans l’ensemble, ce but a été atteint, du moins dans la mesure du possible. Après tout, le rétablissement d’une superpuissance du même calibre que l’Union soviétique n’a jamais été à l’ordre du jour. Quoi qu’il en soit, la Russie a atteint le point culminant de son développement postsoviétique à la fin des années 2000, aussi bien sur le plan politique qu’économique.

Mais dans la période suivante il devient inutile de faire référence à l’époque soviétique. Le potentiel technologique soviétique est épuisé, ce dont témoignent un grand nombre d’incidents industriels. L’expérience soviétique du règlement des problèmes sociaux n’est plus applicable dans la situation actuelle. L’héritage de la politique étrangère soviétique a pratiquement disparu – le printemps arabe élimine les derniers régimes considérés par inertie comme des alliés de la Russie dans la région. Enfin, la base idéologique soviétique ne peut aucunement contribuer au développement de la Russie.

La déclaration de Vladimir Poutine est importante, mais le gouvernement russe doit changer sa configuration et cesser d'en appeler à l’URSS. Dans ses discours et remarques Vladimir Poutine lui-même évoque constamment l’expérience soviétique, en donnant l’impression qu’il souhaiterait revenir à l’ancien modèle. Mais en réalité, le gouvernement russe ne poursuit pas un tel objectif, car tout le monde est conscient que c’est impossible. Cependant, le langage soviétique ou prosoviétique est utilisé en l’absence de l’autre. Le gouvernement russe estime toujours que le recours à l’image perdue de la superpuissance est capable de rendre ses propositions plus convaincantes. L’Union eurasienne proposée par Vladimir Poutine en est un parfait exemple.

En fait, c’est une tentative d’établir des relations d’intégration sur une base foncièrement nouvelle – une coopération économique cohérente profitant à tous les membres. Dans ce sens, on pratique par analogie l’intégration européenne sous sa forme initiale. Toutefois, en expliquant les perspectives prometteuses du projet, Poutine fait appel à la communauté économique qui existait quelques décennies auparavant, en créant ainsi l’illusion que l’objectif serait presque de rétablir l’Union soviétique. Cela alarme les partenaires et effraye le reste du monde. Le principal objectif de la nouvelle époque, qui n’est plus postsoviétique, consiste justement à trouver de nouveaux arguments tournés vers l’avenir, et non pas vers le passé.

Evidemment, il est impossible de tirer un trait sur le passé, et il est inutile de le faire. Cependant, à un certain moment l’histoire doit passer de la catégorie d’instrument de la politique en cours à la catégorie d’objet d’étude impartiale. La mise en avant de tout ce qui est soviétique est défavorable pour l’élite contemporaine russe, car quelle que soit son attitude envers la période soviétique, elle n’est arrivée au pouvoir que grâce à l’effondrement de l’URSS et la fracture qui est survenue au sein du gouvernement. Or en exaltant la nostalgie de la superpuissance perdue, on sabote la légitimité de l’establishment russe qui est responsable de l’effondrement de l’Union soviétique (c’était le choix des démocrates russes à la fin des années 1980) et de la structure mise en place depuis. C’est la raison pour laquelle il est dans son intérêt d’encourager l’optimisme historique, et non pas de rouvrir les plaies du passé. Vladimir Poutine a fait le premier pas, et il ne reste plus qu’à commencer à créer l’image de l’avenir souhaité.

L’opinion de l’auteur ne coïncide pas forcément avec la position de la rédaction

 

"Un monde changeant": La tension monte autour de l’Iran

"Un monde changeant": Le printemps arabe, miroir du développement mondial

"Un monde changeant": Russie – Etats-Unis: objectif - minimiser les pertes

"Un monde changeant": Décès de Havel: à la recherche d’une autorité morale

"Un monde changeant": La Russie et l’Union européenne rivalisent d’imprévisibilité

"Un monde changeant":  La destructive nostalgie de l'Union Soviétique

"Un monde changeant": L’éternel thème du bouclier antimissile

"Un monde changeant": La guerre russo-géorgienne de 2008, un tournant géopolitique

"Un monde changeant": La Russie et l’Europe, les amis et les intérêts

"Un monde changeant": Nord Stream et la politique asiatique de la Russie

"Un monde changeant": Adhésion russe à l’OMC, la fin de l’époque postsoviétique

"Un monde changeant": La Libye sans Kadhafi: un abîme de questions

"Un monde changeant": Ukraine, comment l’impossible devient possible

"Un monde changeant": Kiev joue banco dans un jeu sans règles

"Un monde changeant": Le Partenariat oriental et l’avenir de l’Europe

"Un monde changeant": Poutine 3.0

"Un monde changeant": La mort de l'URSS ou le complexe d'infériorité de la puissance perdue

"Un monde changeant": Quel ennemi choisir pour cimenter l’UE?

"Un monde changeant": 11 septembre: l'illusoire occasion de changer les liens Russie-USA

"Un monde changeant": Le silence étrange de la Chine

"Un monde changeant": La Russie propose une nouvelle approche de la résolution du problème coréen

"Un monde changeant": L’équilibre qui a joué un mauvais tour aux Etats-Unis

"Un monde changeant":  La politique ukrainienne: courir deux lièvres à la fois

"Un monde changeant": Trois ans après la guerre des cinq jours : la léthargie russe

"Un monde changeant": Le mauvais augure

"Un monde changeant": Une irresponsabilité dangereuse

"Un monde changeant": Haut-Karabakh: Moscou prône le maintien du statu quo

"Un monde changeant": Complot et confusion générale dans le monde

"Un monde changeant": La saison de la politique étrangère russe: inertie et louvoiements

"Un monde changeant": 20 ans depuis la tragédie des Balkans

"Un monde changeant": L’ABM conjoint: postface

"Un monde changeant": Le temps de la réflexion

"Un monde changeant": Reconnaissance du génocide tcherkesse: le jeu en vaut-il la chandelle?

"Un monde changeant": L’Europe après le scandale DSK

"Un monde changeant": Le cercle vicieux de la situation pakistanaise

"Un monde changeant": Ben Laden, un épisode de la période de transition dans le monde

"Un monde changeant": L'OTSC en quête du statut d'alliance militaro-politique internationale

"Un monde changeant": Après l’euphorie de l'hiver, le printemps arabe

"Un monde changeant": BRICS: le groupe pourait faire contrepoids au G8

"Un monde changeant": Querelles sur le passé et l’avenir incertain de la Russie

"Un monde changeant": L'Allemagne perd son leadership au sein de l'UE

"Un monde changeant": Deux Russies face à une Libye

"Un monde changeant": Conflits: à la recherche du bon sens

"Un monde changeant": Mission de reconnaissance de Joe Biden à Moscou

"Un monde changeant": Viktor Ianoukovitch: bilan d’une année au pouvoir

"Un monde changeant": Les États postsoviétiques entre la Libye et Singapour

"Un monde changeant": Modernisation: la Russie prône un projet paneuropéen

"Un monde changeant": Kouriles: un litige susceptible de revêtir une dimension plus large

"Un monde changeant": Une Europe sans ambitions

"Un monde changeant": Le terrorisme international est une invention

"Un monde changeant": La démocratie orientale et la démocratie occidentale

"Un monde changeant": Le maître de la Biélorussie poursuit ses intrigues

"Un monde changeant": L’économie et la politique s'affrontent en duel

"Un monde changeant": Moscou et Washington dans un monde à géométrie variable

"Un monde changeant": Une année agitée dans l'espace postsoviétique

"Un monde changeant":  Pourquoi la Russie aurait-elle besoin de l’OTAN?

"Un monde changeant": Loukachenko, le pionnier et les lauriers

"Un monde changeant": Sommet de l'OSCE: éviter les sujets sensibles

"Un monde changeant": L'Asie au passé inachevé

"Un monde changeant": La dénucléarisation tourne en boucle depuis 25 ans

"Un monde changeant": Iles Kouriles, une porte vers l’Asie

 

 

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала