Syrie: la Russie doit revenir sur sa position (opposition)

S'abonnerTelegram
Moscou doit revenir sur sa position à l'égard du régime syrien, a déclaré Burhan Ghalioun, président du Conseil national syrien (principale instance de l'opposition), quelques heures avant une visite à Moscou lors de laquelle il rencontrera le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov.

Moscou doit revenir sur sa position à l'égard du régime syrien, a déclaré lundi Burhan Ghalioun, président du Conseil national syrien (principale instance de l'opposition), quelques heures avant une visite à Moscou lors de laquelle il rencontrera le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov.

"Le temps est venu pour la Russie de changer d'attitude à l'égard du régime syrien de Bachar al-Assad qui refuse de lancer les réformes et d'entamer des négociations avec l'opposition pour créer pacifiquement un régime démocratique qui satisferait les besoins du peuple", a indiqué Burhan Ghalioun par téléphone au quotidien russe en langue arabe Anba Muscu.

Prié de commenter les objectifs de sa visite dans la capitale russe, M.Ghalioun a déclaré: "Nous effectuerons cette visite sur l'invitation de Moscou. Il est clair que notre visite est une occasion d'examiner la situation en Syrie. A notre avis, Moscou souhaite entendre le point de vue du peuple syrien qui veut se débarrasser du régime despotique qui exerce des répressions sanglantes pour étouffer le mouvement de protestation depuis huis mois".

La Syrie est secouée par un mouvement de contestation du régime en place depuis le 15 mars. Selon l'opposition et les défenseurs des droits de l'Homme, la répression de la révolte populaire en Syrie par les forces de sécurité aurait déjà fait plus de 3.500 morts. Plusieurs Etats occidentaux ont appelé le président Bachar el-Assad à démissionner.

Souhaitant éviter une répétition du scénario libyen, la Russie s'oppose à l'adoption de sanctions de l'ONU contre la Syrie. Le 4 octobre, Moscou et Pékin ont opposé leur veto au projet de résolution sur la Syrie dont les auteurs appelaient Damas à cesser d'utiliser la force contre les manifestants d'opposition et menaçaient d'introduire des sanctions.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала