Méditerranée: Ankara compte renforcer sa présence militaire (journal)

© Sputnik . Sergei Guneev  / Accéder à la base multimédia Le premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan
 Le premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
Ankara compte décréter de nouvelles sanctions à l'encontre d'Israël, dont l'une consistera à renforcer la présence militaire turque dans l'est de la Méditerranée, ont annoncé jeudi les médias turcs.

Ankara compte décréter de nouvelles sanctions à l'encontre d'Israël, dont l'une consistera à renforcer la présence militaire turque dans l'est de la Méditerranée, ont annoncé jeudi les médias turcs.

Le premier ministre Recep Tayyip Erdogan a annoncé mardi que son gouvernement prendrait de nouvelles mesures de rétorsion contre l'Etat hébreu.

"Le plan C évoqué par M. Erdogan prévoit que la Turquie ne laissera pas Israël tranquille et fera tout son possible pour plonger le pays dans l'isolement international, en premier lieu au Proche-Orient", indique le quotidien Aksam.

Selon le journal, Ankara envisage notamment de revoir le projet de Bouclier méditerranéen appelé à protéger l'oléoduc Bakou-Tbilissi-Ceyhan. Il s'agit d'étendre la zone sécurisée à toute la région méditerranéenne et d'accroître le groupe naval engagé à cet effet, en portant de deux à quatre le nombre de frégates, de trois à cinq celui de vedettes lance-missiles et de un à trois le nombre de bâtiments de garde côtière. Ankara a également l'intention de renforcer son autre groupe naval déployé en permanence dans l'est de la Méditerranée.

Les relations entre la Turquie et Israël se sont envenimées suite au refus de l'Etat hébreu de présenter ses excuses et d'indemniser les familles des victimes de l'attaque lancée le 31 mai 2010 par un commando israélien contre la Flottille de la liberté qui acheminait des cargaisons humanitaires vers Gaza. L'attaque a fait neuf morts, dont huit Turcs et un Américain d'origine turque.

Le 7 septembre dernier, le chef de la diplomatie turque, Ahmet Davutoglu, a annoncé la décision d'Ankara de geler toute coopération militaire avec Israël, de fermer l'espace aérien turc à l'armée israélienne et de saisir la Cour internationale de Justice (CIJ).

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала