Tripoli: les blessés affluent dans les hôpitaux débordés (médias)

S'abonnerTelegram
La situation dans les hôpitaux de Tripoli, capitale libyenne, risque de devenir critique si la situation sécuritaire tarde à revenir à la normale, a prévenu MSF (Médecins sans frontières), cité sur le site Internet d'Al-Ahram.

La situation dans les hôpitaux de Tripoli, capitale libyenne, risque de devenir critique si la situation sécuritaire tarde à revenir à la normale, a prévenu MSF (Médecins sans frontières), cité jeudi sur le site Internet d'Al-Ahram.

Les sanctions imposées au régime de Kadhafi ont créé des pénuries dans les stocks de médicaments. Les hôpitaux sont submergés.
Confronté à un afflux de centaines de blessés, le personnel médical est débordé. L'eau potable fait défaut dans certains quartiers de la capitale, rapportent les médias.

Le Comité national de transition (CNT), organe politique des insurgés, appelle les médecins à faire preuve de courage et de patience, car tout indique que la normalisation de la situation se fera attendre.

Les manifestations contre Mouammar Kadhafi, au pouvoir depuis plus de 40 ans, ont éclaté en Libye à la mi-février avant de dégénérer en contestation populaire acharnée. L'opération internationale contre le régime libyen a débuté le 19 mars conformément à une résolution adoptée par le Conseil de sécurité de l'Onu le 17 mars et autorisant le recours à la force pour protéger les civils libyens.

Le 22 août, les insurgés se sont finalement emparés de la capitale et contrôlent désormais plus de 90% de son territoire. Toutefois, jusqu'à présent, il reste encore dans la ville de nombreuses poches de résistance pro-Kadhafi.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала