Routes de Russie

© PhotoAlexandre Latsa
Alexandre Latsa - Sputnik Afrique
Gogol a dit : "En Russie, il n’y a que deux problèmes: les cons et les mauvaises routes". Bien sur je me garderais bien d'affirmer une telle chose et je laisse à l'auteur des âmes mortes la responsabilité de cette assertion pour le moins excessive sur le genre humain.

Gogol a dit : "En Russie, il n’y a que deux problèmes: les cons et les mauvaises routes". Bien sur je me garderais bien d'affirmer une telle chose et je laisse à l'auteur des âmes mortes la responsabilité de cette assertion pour le moins excessive sur le genre humain.

Pour ce qui est des routes je partage en partie son point de vue, même si la Russie de 1850 et celle de 2011 sont du point de vue des infrastructures certainement deux pays totalement différents.

Bien sur le pays est immense, le climat y est assez terrible, violent et les distances entre villes telles qu'il est sans doute naïf d’imaginer que le réseau routier puisse un jour être de la qualité du réseau français, par exemple. Malgré tout les routes de la Russie de 2011 c'est quelque chose. Quiconque à un peu roulé en Russie, et même pas très loin de Moscou, a pu prendre conscience des lacunes terribles du réseau routier. Je préfère ne pas parler des routes de Pétrozavodsk et de la campagne de Carélie par exemple, je ne suis pas sûr que le mot route soit approprié pour définir de ces axes de circulation.

Moscou encore une fois parade en tête de toutes les démesures puisque son ancien maire avait pour spécialité de faire refaire les routes très régulièrement, comble de l'ironie, celles-ci étaient en 2010 tout simplement 3 fois plus chères au kilomètre que la moyenne russe, 6 fois plus chères que la moyenne européenne et 9 fois plus que la moyenne américaine.

Il y a une folie russe, propre à la route, je crois. Les Russes aiment conduire, ils aiment la vitesse et avec des routes en mauvais état, il s'agit de l'équation parfaite pour avoir un nombre record d'accidents et de décès. Les statistiques ne mentent pas, la Russie est encore un des pays du monde ou l'on meurt le plus au volant. En 2007, 35.000 personnes sont mortes sur la route contre 26.000 en 2010. La baisse est maintenant amorcée mais les chiffres sont encore accablants, à comparer, par exemple, aux 4.000 victimes françaises pour 2010 alors que le nombre de véhicule en circulation est sensiblement le même, soit entre 38 et 40 millions de véhicules. En 2010, les russes représentaient 1/3 des tués sur la route en Europe.

Ces dix dernières années en Russie, quelque 315.000 personnes ont été tuées et environ 2 millions blessées dans les accidents de la route.
Bien sur les choses vont s'améliorer, même si l'adoption récente d'un nouveau code de la route comprenant de nouvelles sanctions n'a pas complètement eu l'effet souhaité, près de 25% des accidents aujourd'hui sont le fait du mauvais état des routes. A cette fin, un fonds routier fédéral a été créé permettant au ministère russe des transports de réparer jusqu'à 85% des routes fédérales d'ici 2015. En 2012, le Fonds accumulera 348 milliards de roubles (8,9 milliards d'euros), tandis qu'en 2013 il atteindra 408 milliards de roubles (10,4 milliards d'euros).

Ces ressources devraient permettre de financer travaux et réparations du réseau routier russe et notamment d'asphalter toutes les routes menant aux agglomérations de plus de 125.000 habitants. Lors de son dernier discours du 20 avril dernier sur le travail réalisé par le gouvernement, le premier ministre russe a confirmé l'engagement du gouvernement à  améliorer les infrastructures du pays. Il a rappelé que pour la première fois de son histoire la Russie voyait ses façades est et ouest reliées par une autoroute. On se rappelle en effet que Vladimir Poutine avait inauguré le dernier tronçon d’autoroute l’été dernier. On se souvient de sa fameuse phrase: "Pour la première fois de son histoire, la Russie est reliée d’est en ouest par une autoroute. Voilà déjà un problème de moins" ! Les dépenses autoroutières devraient en 2011 et 2012 dépasser 700 milliards de roubles (17,5 milliards d'euros), soit 40% de plus que l'année passée et permettre la construction de 10.000 kilomètres de nouvelles routes d'ici 2016 ainsi que la modernisation des autoroutes fédérales et régionales d'ici 2020.

Pour autant, contrairement à ce que certains pensent, traverser la Russie en voiture n'est pas du tout impossible, bien loin de là. Au contraire, malgré quelques tronçons difficiles, la route Ouest-Est est tout à fait faisable et ce même l’hiver, sans utiliser un 4x4 et sans être un conducteur chevronné. Vous ne me croyez pas ? Regardez ces quelques expériences enrichissantes que de simples citoyens ont vécues en choisissant de traverser la Russie en voiture. Honneur au beau sexe, il y a d’abord cette jeune femme, Uzdina, qui choisit de rouler seule et de traverser une grande partie de la Russie de Saint-Pétersbourg à Kazan puis la mer Noire, avant de rentrer en France.

Un voyage de 12.000 kilomètres en Russie, enrichi de photos et de découvertes incroyables que j’incite mes lecteurs à consulter. Ce qu’elle a le moins aimé? Les routes du nord de la Russie en images ici. Bien sur c’était en 2008, deux ans plus tard, en 2010, après la ballade de Vladimir Poutine en Kalina, Les journalistes de Drom.ru se lancent eux dans la traversée Moscou/Vladivostok avec une Lada Kalina Sport. Le résultat? Un blog intéressant et humoristique qui décrit cette épique ballade sur plus de 10.000 kilomètres, et dont la page aura été visionnée près de 200.000 fois.  Malheureusement pour les  lecteurs non russophones, il est entièrement en russe.

Il est par contre possible de simplement se faire une idée en regardant l’état des routes  puisque durant l’automne 2012 l’Apex a filmé la route Moscou-Vladivostok sur sa totalité et qu’il est possible de consulter les vidéos en accéléré de ce périple.

Comme vous allez le voir, les routes sont variées, certes, mais leur état général est de façon surprenante bien meilleur qu’on ne l’imagine.

Deux périples m’ont particulièrement étonné, tout d’abord l’incroyable Paris-Pékin de Marc Weinberg donc la traversée de la Russie d’Est en Ouest en quatre-chevaux et ce l’hiver, non vous ne rêvez pas, c’est faisable, et les images et le récit du voyageur sont là pour en témoigner. Je vous conseille aussi, pour ma part, la traversée en plein hiver de la Sibérie orientale, les photos valent leur pesant d’or. Les deux roues ne sont pas oubliés, puisque récemment Arthur, que mes lecteurs connaissent, vient de parcourir plus de 3.000 kilomètres avec un authentique side-car Ural, de Irbit dans l’Oural jusqu’à Novorossisk sur la mer Noire.

C’est décidé, moi aussi je vais traverser la Russie en voiture!

L’opinion de l’auteur ne coïncide pas forcément avec la position de la rédaction.


Un autre regard sur la Russie": Vers l’Europe de Lisbonne à Vladivostok?

"Un autre regard sur la Russie": De la Marne aux Mistral: l’alliance franco-russe

"Un autre regard sur la Russie": Et la démographie dans tout ça?

"Un autre regard sur la Russie": Kazan l’orientale

"Un autre regard sur la Russie": La Russie brûlera-t-elle de nouveau?

"Un autre regard sur la Russie": Pauvre France?

"Un autre regard sur la Russie": La Russie 2.0

"Un autre regard sur la Russie": Vladimir ou Dmitri?

"Un autre regard sur la Russie": S Dnem Pobedi!

"Un autre regard sur la Russie": Les subbotnikis de Pâques!

"Un autre regard sur la Russie": Survivre à Moscou

"Un autre regard sur la Russie": Dokou Oumarov: mort ou vif?

"Un autre regard sur la Russie": A quand une croisade contre le trafic de drogue?

"Un autre regard sur la Russie": La francophonie en Russie

"Un autre regard sur la Russie": Vers un redémarrage russo-japonais ?

"Un autre regard sur la Russie": Les enjeux de la bataille pour Tripoli

"Un autre regard sur la Russie": Le rôle de la Russie dans la journée de la femme

"Un autre regard sur la Russie": Tunis, Le Caire, mais pas Moscou!

"Un autre regard sur la Russie": Far-Est?

"Un autre regard sur la Russie": Couleurs de Russie

"Un autre regard sur la Russie": Féminité vs féminisme?

"Un autre regard sur la Russie": Des critiques malgré les bombes

"Un autre regard sur la Russie": Polémiques vestimentaires

"Un autre regard sur la Russie": Made in Russia

"Un autre regard sur la Russie": Divine Carélie

"Un autre regard sur la Russie": La démographie russe, objet de tous les fantasmes

"Un autre regard sur la Russie": Pour le modèle multiculturel russe

"Un autre regard sur la Russie": Moscou, capitale de l'Europe?

"Un autre regard sur la Russie": Vladivostok, une ville au bout du monde

"Un autre regard sur la Russie": Rio Grande

"Un autre regard sur la Russie": Mistral gagnant

* Alexandre Latsa, 33 ans, est un blogueur français qui vit en Russie. Diplômé en langue slave, il anime le blog DISSONANCE, destiné à donner un "autre regard sur la Russie".

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала