Premiers balbutiements de la police russe

© PhotoHugo Natowicz
Hugo Natowicz - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
La loi sur la réforme de la police russe est entrée en vigueur. Objectif numéro un: redorer le blason d'une institution minée par la corruption et qui suscite la méfiance de la population.

Au terme d'un débat sur Internet lancé par le président Medvedev, la loi de réforme de la police russe est entrée en vigueur le 1er mars. Les Russes l'attendaient avec une méfiance teintée d'ironie: le document, conformément auquel la "milice" est rebaptisée "police" afin de rompre avec l'héritage soviétique, a d'emblée fait l'objet des boutades les plus diverses.

Le "ment" (flic en russe) a ainsi été rebaptisé "pent", et le "militsioner" est devenu "politsioner". Jeux de mots traduisant la crainte d'un changement de surface, et qui en disent long sur la méfiance de la population envers cette loi. La police nouvelle mouture a du pain sur la planche pour reconquérir la confiance de la population: selon une enquête de février 2010, 67% des citoyens "craignent" les forces de l'ordre et 77% ne se sentent pas protégés contre l'arbitraire des policiers.

Les mesures visant à opérer la mue sont à première vue drastiques. Officiellement, l'ensemble du corps a été limogé. Tous les fonctionnaires sans exception devront, afin d'endosser l'uniforme de policier, réussir une "réattestation" visant à tester leur connaissance de la loi, ainsi que leur aptitude physique et morale à exercer leurs fonctions. Au menu, un passage par le détecteur de mensonge afin d'évaluer leur honnêteté, mesure décriée par certains experts pour son manque de fiabilité.

Les policiers qualifiés seront mis en attente de logement de fonction, et subiront une augmentation. En moyenne, un lieutenant de police devrait toucher un salaire de 45.000 roubles, soit plus de mille euros. Un niveau censé limiter la course aux bakchichs des fonctionnaires de police.

Le protocole subira lui aussi des modifications. Désormais, les policiers devront invoquer une raison valable pour procéder à un contrôle d'identité et en cas d'interpellation, le suspect se verra signifier ses droits. La police sera également dotée de prérogatives plus étendues, comme le droit de pénétrer dans le domicile des suspects ainsi que dans les bureaux. La "présomption d'innocence" dont bénéficient les hommes en uniforme a quant à elle généré la préoccupation des défenseurs des droits de l'homme.

Mais c'est le pivot de la réforme qui laisse les experts pantois: selon Guennadi Goudkov, vice-président de la commission de la Douma pour la sécurité, les effectifs seront réduits de 20%. Un allègement qui se fait selon lui au détriment de l'efficacité. Ces mises à pied s'inscrivent par ailleurs dans une tendance plus large qui englobe également l'armée, purgée d'un grand nombre d'officiers.

Vladimir, policier pendant dix ans avant de devenir vigile pour des compagnies de gardiennage privées, est extrêmement dubitatif quant aux chances de succès de la réforme. "Certes on augmente les salaires, mais pas par le biais d'un investissement supplémentaire de l'Etat: un flic va voir sa paie augmenter grâce au limogeage de son collègue. Résultat, il y aura encore moins de personnels affectés à chaque secteur, et l'insécurité va augmenter. A mon époque, j'étais déjà débordé. Là, ce sera pire", s'insurge-t-il.

Le doute semble donc régner, d'autant que la réforme fait ses premiers pas dans un climat de scandale: courant février, le Service fédéral de sécurité (FSB) révélait l'existence d'un vaste réseau de casinos clandestins dans la région de Moscou, dégageant des bénéfices de 10 millions de dollars par mois. Le pot aux roses a été rapidement découvert: Ivan Nazarov, propriétaire du réseau, avait "acheté" une série de personnalités au sein de la police et du parquet, notamment en les envoyant en vacances tous frais payés dans des stations balnéaires à l'étranger pour plusieurs millions de dollars. Un nouveau scandale qui vient jeter une lumière crue sur les rouages d'une institution grippée par la corruption.

Modèle géorgien?
Pour mieux comprendre les enjeux et perspectives de la réforme, on peut se tourner vers l'exemple de la Géorgie, par ailleurs ennemi juré de Moscou. Les situations se ressemblent à plus d'un titre: police corrompue, liens avec le crime organisé, postes à vendre… la réforme initiée en 2004 par Mikhaïl Saakachvili visait elle aussi à réhabiliter l'institution aux yeux de la population. 

La réforme s'est également traduite par des limogeages massifs, une hausse des salaires, et un rebranding comparable à celui mené par Medvedev. A plusieurs années de distance, on peut dire que le succès a été au rendez-vous dans plusieurs domaines: la corruption au sein de la police de la route a nettement reculé, le niveau d'efficacité ayant dans le même temps connu une nette hausse. La confiance envers la police a grimpé en flèche. Toutefois, la police géorgienne reste une institution qui manque de transparence, régulièrement impliquée dans des persécutions contre l'opposition.

L'exemple géorgien semble indiquer qu'une rupture avec le passé est possible si elle est accompagnée d'une véritable volonté politique. Entre espoirs démesurés des politiques et pessimisme le plus total au sein de la population, la réforme de la police aura fort à faire pour prouver qu'un changement est possible.

L'or sucré de la Russie

Aux défenseurs de la patrie

Divagations culinaires

La Russie face aux révolutions

Plongée en eau bénite

Otages du Caucase

Où en est l'opposition russe?

Russie/UE: la levée des visas, mirage ou réalité?

Plios, une bourgade hors du temps

Toast à l'année qui s'en va

Un soupçon de guerre civile

Energie russe

Chères années 1990

Villages Poutine

La honte, ce spectre qui hante la Russie

Russie: la Silicon Valley du rire

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала