Neige à Moscou: Greenpeace réagit aux projets de dispersion des nuages

Les réactifs utilisés pour disperser les nuages sont inoffensifs, c'est le processus même de modification des conditions météos qui présente un danger, estime le directeur du programme "Toxiques" de Greenpeace Russie, Alexeï Kisseliov.

Les réactifs utilisés pour disperser les nuages sont inoffensifs, c'est le processus même de modification des conditions météos qui présente un danger, estime le directeur du programme "Toxiques" de Greenpeace Russie, Alexeï Kisseliov.

"Les réactifs utilisés dans la dispersions des nuages - iodure d'argent, ciment, glace artificielle - sont absolument inoffensifs. Ce qui est dangereux, c'est le processus de modification des conditions météo car, une fois stoppés devant Moscou, les cyclones laisseront la neige sur les territoires environnants et provoqueront l'arrêt total de la circulation", a expliqué l'expert dans un entretien à RIA Novosti.

La première expérience de dispersion des nuages de neige prévue à  Moscou avant la fin de l'année pourrait être annulée, a indiqué mardi dans un
entretien au journal Rossiïskaïa Gazeta le directeur adjoint du Service fédéral pour l'Hydrométéorologie et le contrôle de l'Environnement, Valeri Diadioutchenko.

Le maire de Moscou, Iouri Loujkov, avait proposé de disperser les nuages de neige devant la capitale: selon des calculs, cette expérience serait susceptible de permettre à la ville d'économiser jusqu'à 300 millions de roubles (10 millions de dollars). C'est la somme dépensée par Moscou pour débloquer ses rues après une chute de neige

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала