Staline fait son come back dans le métro de Moscou (Vremia novosteï/Gazeta.Ru)

S'abonnerTelegram

MOSCOU, 27 août - RIA Novosti. Les militants des droits de l'homme et les opposants sont horrifiés par la restauration d'une grande inscription en l'honneur de Joseph Staline dans la station de métro de Koursk restaurée de frais. Celle-ci avait été enlevée dans les années 50 du siècle dernier lors de la condamnation du culte de la personnalité du guide. L'apparition de cette inscription en 2009 est qualifiée par le service de presse du Métropolitain de Moscou de "rétablissement de la justice historique", lit-on jeudi dans les quotidiens Vremia novosteï et Gazeta.Ru

Selon le chef du Métropolitain Dmitri Gaïev, "les bâtisseurs ont réussi à rendre au vestibule dans son aspect initial, tel que nos pères et nos grand-pères le connaissaient en 1950". "Certes, il y a quelques changements, par exemple, il n'y a pas de monument à Staline qui s'y trouvait lors des premières années de fonctionnement de la station", a-t-il déploré.

"Ce qui existait initialement doit être restauré", a martelé le président de la Commission pour l'art monumental de la Douma (parlement) de Moscou Lev Lavrenov. "Les restaurateurs s'orientent toujours sur la période de construction d'un ouvrage, sans rien inventer", a-t-il expliqué.

Les communistes ont accueilli l'intérieur rénové de la station "Kourskaïa" comme un cadeau pour le 130e anniversaire de la naissance du Petit père des peuples. De l'avis du président du groupe du KPRF (parti communiste) à la Douma de Moscou Vladimir Lakeïev, malgré l'attitude ambiguë de la société russe à l'égard de Staline, l'avis négatif tend à s'estomper ces derniers temps dans les appréciations. Selon lui, une reconsidération du rôle de Staline s'effectue aujourd'hui : d'homme ayant abusé du pouvoir, il se transforme, dans la conscience sociale, en "homme d'Etat qui a fait de l'Union Soviétique une grande puissance".

Mais ceux qui considèrent Staline comme un tyran ont vu dans cette restauration architecturale, sinon une restauration, du moins une réhabilitation du régime totalitaire. "Je suis contre la destruction des monuments d'architecture, je suis pour leur restauration, mais il est difficile d'imaginer qu'on restaure, par exemple, en Allemagne les mots gravés dans la pierre en l'honneur d'Hitler", a fait remarquer la présidente de la fondation "Holocauste" Alla Guerber. "Pourquoi rétablissons-nous le souvenir d'une époque de répressions et de terreur?"  s'indigne le membre de la direction du Centre de défense des droits de l'homme Mémorial Alexandre Tcherkassov.

Selon lui, cet incident montre à merveille ce à quoi "veut s'associer le pouvoir actuel". "L'apparition de cette inscription scandaleuse peut être un sondage délibéré de l'opinion publique", suppose le député à la Douma de Moscou Mikhaïl Moskvine-Tarkhanov.

Ce texte tiré de la presse russe n'engage pas la responsabilité de RIA Novosti.

 

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала