"Occupation" des Kouriles: Moscou proteste suite aux allégations de Tokyo (Nesterenko)

S'abonnerTelegram
La récente déclaration du premier ministre japonais Taro Aso sur "la poursuite de l'occupation illégale des Kouriles du Sud par la Russie " est inadmissible, a déclaré jeudi à Moscou le porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères (MID) Andreï Nesterenko.
MOSCOU, 21 mai - RIA Novosti. La récente déclaration du premier ministre japonais Taro Aso sur "la poursuite de l'occupation illégale des Kouriles du Sud par la Russie " est inadmissible, a déclaré jeudi à Moscou le porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères (MID) Andreï Nesterenko.

"Ces propos du chef du gouvernement nippon entrent en contradiction avec l'intention déclarée du Japon lui-même de chercher une délimitation frontalière mutuellement acceptable avec la Russie. La déclaration de M.Aso (devant le parlement japonais) montre que Tokyo n'entend pas rechercher une solution arrangeant les deux parties, mais tend à satisfaire ses propres ambitions illégitimes", a indiqué lors d'un point de presse le porte-parole de la diplomatie russe.

La Déclaration conjointe de l'URSS et du Japon du 19 octobre 1956 a mis fin à l'état de guerre entre les deux pays mais le traité de paix n'a jamais été signé suite à des divergences sur la délimitation frontalière d'après-guerre.

Les îles Kouriles, qui ont été rattachées à l'URSS conformément à des accords internationaux, constituent la pomme de discorde entre Tokyo et Moscou.

Le Japon revendique toujours les Kouriles du Sud (Shikotan, Itouroup, Kounachir et Habomai), se référant au Traité commercial et frontalier de 1855, document qui reconnaît ces îles comme japonaises. Cette revendication est avancée par Tokyo à titre de préalable à la conclusion du traité de paix avec la Russie.

Tokyo estime que les Kouriles du Sud ont été occupées illégalement par l'Union Soviétique à la fin de la Seconde Guerre mondiale et considère leur restitution comme la condition sine qua non de la signature du traité de paix avec la Russie.

Le Japon ne cesse d'insister sur l'immuabilité de sa politique quant à la restitution de ces quatre îles.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала