Russie: vers l'introduction du vote électronique? (Gazeta.ru)

S'abonnerTelegram
MOSCOU, 15 avril - RIA Novosti. La Commission électorale centrale (CEC) a présenté au Kremlin un projet d'amendements à la législation électorale prévoyant l'introduction en Russie d'un scrutin électronique, lit-on mercredi dans le quotidien Gazeta.ru.

Le premier vote recourant à ces nouvelles technologies pourrait se tenir dès octobre, lors des élections régionales. Les experts estiment que la CEC tente d'introduire un système qu'elle ne sera pas en mesure de contrôler.

Le scrutin électronique prévoit non seulement le vote par Internet, mais aussi l'envoi des SMS au moyen de cartes électroniques.

En octobre 2008 et en mars 2009, la CEC a testé ces modalités de vote, dont les résultats ont été considérés comme positifs. Les experts ont cependant indiqué à plusieurs reprises que les concepteurs du scrutin virtuel n'avaient pas résolu un grand nombre de problèmes: l'absence de possibilité de surveiller les élections électroniques et de garantir l'unicité des votes, ainsi que l'imperfection du système de protection destiné à transmettre chaque vote concret.

Le seul pays ayant adopté le vote par internet reste l'Estonie, et personne n'a encore osé introduire le vote par SMS lors d'élections officielles.

Cette nouvelle initiative de la CEC a provoqué une levée de boucliers auprès des experts. Le système de scrutin électronique pourrait être utilisé pour falsifier les résultats, met en garde Vadim Soloviev, député de la Douma (chambre basse du parlement russe) et chef du service juridique du parti communiste. "La crise a tellement transformé le comportement des électeurs, qu'une simple correction ne suffit plus et qu'il faut imaginer quelque chose de nouveau", fait-il remarquer. "L'ensemble du système électronique de comptage des votes se trouve entre les mains de l'Agence fédérale pour les communications et les informations gouvernementales (FAPSI) et du Kremlin".

Les observateurs ne sont plus présents lors des élections fédérales, alors que leur participation aux élections régionales a été soumise à la discrétion des autorités, rappelle Alexandre Kynev, chef des programmes régionaux de la Fondation pour le développement de la politique d'information. Dans un contexte de réduction de la concurrence politique, "il serait tout simplement impossible de surveiller" le vote électronique, souligne-t-il.

Cet article est tiré de la presse et n'a rien à voir avec la rédaction de RIA Novosti.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала