BAN KI MOON : LE RETABLISSEMENT DU PROCESSUS DE PAIX AU PROCHE ORIENT EST FONCTION DE L’UNIFICATION DU PEUPLE PALESTINIEN

Le rétablissement du processus de paix au Proche Orient dépend directement de l’unification
Le rétablissement du processus de paix au Proche Orient dépend directement de l’unification du peuple palestinien sous le pouvoir d’un seul gouvernement, a déclaré le secrétaire général de l’ONU Ban ki Moon au magazine « Forbs ». Il a exprimé ainsi son soutien aux négociations des principaux groupes politiques palestiniens FATAH et HAMAS avec la médiation de l’Egypte, qui ont abouti à la signature la semaine dernière au Caire d’un accord sur la formation d’un cabinet de coalition.
La fin de la division politique en Palestine et la mise en place des institutions publiques uniques aura lieu sous l’égide du chef de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, reconnu par la communauté internationale, tel est le bilan politique principal des accords du Caire. Cette condition première des médiateurs internationaux a été remplie par des représentants du mouvement radical HAMAS. Il faut rendre hommage au chef des renseignements égyptiens Omar Suleiman, qui est parvenu à convaincre les groupes opposés de rejeter leurs ambitions au nom de l’unité nationale.
Il est aussi important que l’accord sur la formation d’un gouvernement coalisé a vu le jour à la veille de la conférence internationale sur le rétablissement du secteur de Gaza à Charm-el-Cheik, ce qui a permis aux participants à cette dernière de se concentrer sur des questions concrètes et de ne pas s’embrouiller dans les spéculations politiques concernant le bénéficiaire concret de l’aide. On sait que cette enclave palestinienne se trouve sous le contrôle du HAMAS, avec lequel l’Occident ne veut pas avoir à faire, l’accusant de terrorisme. Ban ki Moon a déclaré sans ambages que les Nations Unies travailleront avec un gouvernement palestinien uni, qui étendra son pouvoir à Gaza et à la Cisjordanie sous la direction du président Mahmoud Abbas. La parole est maintenant aux Palestiniens eux-mêmes, qui sont au seuil d’une période difficile de mise en place d’une administration unique. Dans son intervention à Charm-el-Cheik, le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a attiré l’attention sur cet aspect.
Je voudrais souligner une nouvelle fois le rôle de médiateur actif de l’Egypte que nous appuyons sans réserves. Nous préconisons l’application des accords inter-palestiniens, obtenus dernièrement au Caire. La consolidation sur la plate-forme de l’OLP, dirigée par un leader reconnu et président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, doit assurer une utilisation efficace de l’aide internationale au rétablissement de Gaza comme partie intégrante du futur Etat palestinien.
-Ban Ki Moon a fait une autre déclaration importante. Il a appelé Israël à mettre un terme à la construction des colonies juives dans les terres palestiniennes, qui mine, selon lui, la confiance dans le processus politique de paix au Proche Orient. Le chef de la diplomatie russe a noté la portée de l’initiative de paix arabe, prévoyant le départ d’Israël de tous les territoires occupés comme base du règlement pacifique. Cela permettra de créer une Palestine indépendante et garantira la sécurité d’Israël, qui doit être égale pour les Palestiniens, les Israéliens, les Syriens, les Libanais – pour tous les peuples de la région.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала