Influence des "tempêtes magnétiques" sur l'homme: avis des chercheurs russes

S'abonnerTelegram
Les scientifiques russes ne s'accordent pas sur l'influence que les "tempêtes magnétiques" exercent sur l'organisme humain.

Les scientifiques russes ne s'accordent pas sur l'influence que les "tempêtes magnétiques" exercent sur l'organisme humain.

L'académicien Erik Galimov estime que les informations sur les "tempêtes magnétiques" diffusées par les chaînes de télévision et les radios russes dans leurs bulletins météorologiques causent préjudice aux auditeurs. Il a émis ce point de vue à une réunion du présidium de l'Académie des sciences de Russie consacrée aux relations Soleil-Terre.

"C'est dangereux parce qu'en réalité on ne sait pas s'il y a effectivement une influence et quel en est le mécanisme. Par conséquent, on ne doit pas conseiller aux gens la manière dont ils doivent se protéger", a-t-il déclaré. Erik Galimov a rappelé que de nombreuses maladies ont un caractère psychogène. "Autant dire que si l'état de santé s'aggrave, c'est le résultat des prévisions météorologiques et non pas l'effet des tempêtes magnétiques", a-t-il affirmé.

L'académicien Galimov dirige l'Institut de géochimie et de chimie analytique Vernadski, principal centre d'étude de la Lune et des planètes. C'est dans cet établissement qu'ont été analysés les échantillons de roches lunaires amenés sur Terre par les stations automatiques soviétiques Luna-16, Luna-20 et Luna-24 en 1970 et 1976.

Un point de vue différent est défendu par l'académicien Anatoli Grigoriev, directeur de l'Institut des problèmes médico-biologiques de l'Académie des sciences de Russie dont la principale spécialité est la médecine spatiale. Il a annoncé que les études dans ce domaine avaient commencé sur l'initiative de l'académicien Anatoli Alexandrov, président de l'Académie des sciences de 1975 à 1986.

Selon les statistiques pour Moscou, le nombre de malades hospitalisés avec des troubles vasculaires ont augmenté de 30% à 35% pendant les périodes d'activité solaire accrue qui est précisément à l'origine des "tempêtes magnétiques" sur Terre.

Anatoli Grigoriev a en même temps souligné que les scientifiques sont actuellement "à court d'informations" et ne peuvent de ce fait décrire sûrement le mécanisme de cette action et donner des recommandations concrètes. "En privé, on recommande généralement des médicaments réduisant la coagulation du sang, par exemple l'aspirine", a-t-il dit.

L'académicien Grigoriev a annoncé aussi que le dernier renforcement de l'activité solaire n'a pas présenté de danger pour les habitants de la Station spatiale internationale. "A l'heure actuelle ces éruptions ne sont pas dangereuses et la sortie extravéhiculaire prévue pour le 26 janvier n'a donc pas été annulée", a-t-il ajouté.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала