Castaner compare les Gilets jaunes aux Talibans? Le Net s’embrase

© AP Photo / Francois MoriChristophe Castaner
Christophe Castaner - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
Commentant l’incendie de la sculpture de la Main jaune de Châtellerault, qui s’est produit en marge des manifestations des Gilets jaunes, Christophe Castaner a évoqué les Talibans* qui avaient «attaqué les bouddhas géants de Bâmiyân» en 2001.

L'acte 5 des Gilets jaunes sous haute surveillance à Paris, 15 décembre 2018 - Sputnik Afrique
Poutine a supposé ce qui a été à l'origine des Gilets jaunes en France
Alors que le ministre français de l'Intérieur s'est exprimé, à l'Assemblée nationale, sur la destruction partielle de la sculpture de la Main jaune installée sur un rond-point à Châtellerault, lors des manifestations des Gilets jaunes, il a rappelé comment les Talibans* avaient attaqué les bouddhas de Bâmiyân en 2001.

​«Quand on en vient à attaquer des œuvres d'art […] on oublie la liberté de création, on oublie au fond la liberté tout simplement. Et on l'a vu dans notre propre Histoire. On a vu comment les Talibans* ont attaqué les bouddhas géants de Bâmiyân, c'était en mars 2001», a lancé M.Castaner.

Plusieurs utilisateurs des réseaux sociaux n'ont pas apprécié le fait que Christophe Castaner ait «comparé les Gilets jaunes aux Talibans*». Par ailleurs, ils ont vu dans ses dires une «provocation».

Il y a eu des internautes qui ont expliqué la déclaration du ministre français par la «panique suscitée» par les Gilets jaunes au sein du gouvernement.

​Le lendemain de l'acte 5, le 16 décembre, un incendie a en partie détruit la sculpture de 24 mètres intitulée la Main jaune. Elle a été construite par 500 bénévoles et installée sur un carrefour il y a huit ans. Une enquête a été ouverte.

Les bouddhas de Bâmiyân étaient trois statues excavées dans la paroi d'une falaise située dans la vallée de Bâmiyân, en Afghanistan, à 230 kilomètres au nord-ouest de Kaboul. Le site entier a été classé au patrimoine mondial de l'Unesco. En mars 2001, les Talibans* au pouvoir dans ce pays ont toutefois pris la décision de détruire les statues.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала