L'Afrique du Sud, une source et un point de transit pour le commerce illégal de la faune

CC0 / Pixabay/Pexels / Un rhinocéros
Un rhinocéros - Sputnik Afrique, 1920, 18.11.2021
S'abonnerTelegram
L'Afrique du Sud est une source et un point de transit pour le commerce illégal des produits de la faune, révèle un rapport d'un groupe d'experts publié mercredi.
Le rapport, élaboré par un groupe de travail sud-africain de lutte contre le blanchiment d'argent (SAMLIT), met l’accent sur les flux monétaires liés au commerce des produits de la faune, ainsi que sur les différents acteurs et les méthodes qu'ils utilisent pour le commerce illégal d'espèces sauvages (IWT).

"SAMLIT fournit aux membres une plateforme devant centraliser le partage d'informations en vue de garantir que les mesures nécessaires soient prises pour prévenir, détecter, enquêter et poursuivre les crimes prioritaires dans le secteur financier", a déclaré Gerald Byleveld, responsable de la conformité en matière de criminalité financière d'Investec et responsable du groupe de travail d'experts.

Il a expliqué, dans un communiqué, qu’en collaborant pour identifier les transactions suspectes et inhabituelles, ainsi que les réseaux exposés lorsque les auteurs utilisent le système financier, "nous pouvons préserver le riche patrimoine naturel de l'Afrique du Sud en traduisant les criminels en justice".
Les produits de la faune les plus couramment commercialisés hors d'Afrique du Sud comprennent la corne de rhinocéros, l'ormeau et le pangolin, l'ivoire étant déplacé à travers l'Afrique du Sud en transit vers l'est, la Chine et d'autres pays asiatiques représentant les plus grands marchés.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала