L'Union africaine appelle à un cessez-le-feu en Éthiopie

Mekele, Tigré - Sputnik Afrique, 1920, 14.11.2021
S'abonnerTelegram
L'Union africaine a appelé dimanche à un cessez-le-feu entre l'armée éthiopienne et les rebelles du front de libération du peuple du Tigray (TPLF).
"J'en appelle aux dirigeants de toutes les parties pour qu'ils cessent leurs offensives militaires. Cela permettra au dialogue de continuer à progresser", a affirmé l’envoyé spécial de l'Union africaine pour la Corne de l'Afrique, Olusegun Obasanjo.
Dans un communiqué, l'ancien président nigérian a exprimé son " optimisme" sur la possibilité de parvenir à une solution pacifique du conflit, notant que " les négociations ne peuvent aboutir dans un contexte d'escalade militaire".
Jeudi, Addis-Abeba a rappelé ses conditions à d'éventuelles pourparlers avec les rebelles du TPLF. "Il y a des conditions. D'abord, arrêtez vos attaques. Deuxièmement, quittez les zones dans lesquelles vous êtes entrés (l'Amhara et l'Afar). Troisièmement, reconnaissez la légitimité de ce gouvernement", a souligné le porte-parole du ministère éthiopien des Affaires étrangères.
Alors que les combats se poursuivent dans le nord du pays, le Premier ministre Abiy Ahmed, avait appelé ses concitoyens à l’unité pour relever les défis auxquels l’Ethiopie est confrontée dans sa guerre contre les rebelles du TPLF.
"Dans l’unité, nous devons et nous pouvons surmonter les défis auxquels la nation est confrontée", a souligné M. Ahmed.
L’Union africaine, rappelle-t-on, avait exprimé sa profonde préoccupation face à la récente escalade militaire et l'extension du conflit dans le nord de l’Ethiopie et réaffirmé son ferme attachement à la préservation de la souveraineté et de l'intégrité territoriale de ce pays de l’Afrique de l’Est.
Dans un communiqué publié à l’issue d’une récente réunion du Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l'UA sur la Situation en Ethiopie, le Conseil a réitéré "son ferme attachement à la préservation de la souveraineté, de l'indépendance politique et de l'intégrité territoriale de la République Fédérale Démocratique d'Éthiopie", et exprimé "sa solidarité avec le peuple Ethiopien".
L’Etat régional du Tigray est en proie à un conflit depuis novembre 2020, lorsque l’armée fédérale éthiopienne avait mené une offensive contre les dissidents du TPLF, après avoir attaqué le Commandement Nord de l’armée éthiopienne et pris en otage plusieurs officiers supérieurs.
De hauts responsables du TPLF, dont un ancien chef de la diplomatie éthiopienne, avaient été tués lors d’opérations menées par l’armée et la police fédérales dans cette région, et plusieurs autres dirigeants et officiers supérieurs ont été arrêtés et déférés devant la justice.
En mai dernier, la Chambre des Représentants du peuple (Chambre basse du parlement éthiopien), avait approuvé à la majorité la désignation du TPLF comme "organisation terroriste".
Après une présence de huit mois au Tigray, le gouvernement fédéral avait décrété fin juin dernier, un cessez-le-feu unilatéral et inconditionnel au Tigray et décidé de retirer ses troupes de la région après une présence de huit mois.
Depuis cette date, le gouvernement éthiopien ne cesse de dénoncer les atrocités et les attaques commises par les rebelles du TPLF notamment dans les Etats régionaux voisins du Tigray, Amhara et Afar.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала