Évacuation des réfugiés africains de Libye: l'accord Rwanda-HCR-UA prolongé de deux ans

© Sputnik . Andrey Stenin / Accéder à la base multimédiaRéfugiés dans le port de Benghazi
Réfugiés  dans le port de Benghazi - Sputnik Afrique, 1920, 02.11.2021
S'abonnerTelegram
Le gouvernement rwandais, l’Agence des Nations unies pour les réfugiés (HCR) et l’Union africaine (UA) ont convenu de prolonger leur accord tripartite sur l’évacuation des réfugiés africains bloqués en Libye pour une nouvelle période de deux ans.
Selon ce protocole d’accord signé en septembre 2019, le Rwanda s’engage à accueillir des réfugiés évacués de Libye jusqu’à ce que leur demande d’asile soit traitée, dans le cadre d’un programme appelé Mécanisme de transit d’urgence (ETM), ils pourront bénéficier de l’asile dans un pays occidental, être rapatriés dans leur pays d’origine, réinstallés dans un pays de la région ou rester au Rwanda.
"Le Rwanda continuera à recevoir et à assurer la protection de toutes les personnes identifiées comme particulièrement vulnérables, à risque ou séquestrées dans des centres de détention en Libye", indique un communiqué conjoint publié par le gouvernement rwandais, le HCR et l’UA.
Les réfugiés et demandeurs d’asile évacués seront transférés en lieu sûr au Rwanda sur une base volontaire et pourront bénéficier de l’asile dans un pays tiers, être rapatriés dans leur pays d’origine, réinstallés dans un pays de la région ou rester au Rwanda.
Depuis septembre 2019, le Rwanda a accueilli un total de 648 réfugiés et demandeurs d'asile provenant de huit pays africains, l'Érythrée, le Soudan, le Soudan du Sud, la Somalie, l'Éthiopie, le Nigeria, le Tchad et le Cameroun.
Le Rwanda accueille déjà plus de 120.000 réfugiés venus principalement de la République démocratique du Congo (RDC) et du Burundi.
Le centre de transit de Gashora au sud de Kigali, auparavant destiné à l’accueil de réfugiés burundais, a fait peau neuve pour héberger les demandeurs d’asile et réfugiés évacués de Libye. Ils sont libres de se rendre dans les villages des alentours, peuvent suivre des cours de langue et bénéficient d’un suivi psychologique et médical.
En 2017, le gouvernement rwandais s’était dit prêt à accueillir jusqu’à 30.000 migrants africains sur son sol, par groupe de 500, afin d’éviter tout débordement.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала