L'application TousAntiCovid et un masque - Sputnik Afrique, 1920, 22.09.2021
Covid-19

René Chiche: "plutôt qu’un consentement des Français au pass sanitaire, je parlerais de soumission"

© AFP 2022Manifestation anti-pass à Paris
Manifestation anti-pass à Paris - Sputnik Afrique, 1920, 07.10.2021
S'abonnerTelegram
Plus d’un Français sur deux approuve le pass sanitaire et 75% de la population du pays a aujourd’hui reçu sa première dose de vaccin. Les Français sont-ils responsables ou moutonniers? Éléments de Réponse avec René Chiche, professeur de philosophie.

«Il faut faire la différence entre le consentement et la résignation. Vous avez quand même beaucoup de gens qui se résignent à faire quelque chose qu’ils n’approuvent pas vraiment, mais qui n’ont pas le choix», tempère à notre micro René Chiche.

Pour l’invité de Sputnik donne la parole, les sondages sont à prendre avec des pincettes. À en croire l’enquête Odoxa-Backbone Consulting pour le Figaro, réalisée à la fin du mois de septembre, 61% des Français se disent toujours favorables au pass sanitaire. De même, le mouvement anti-pass ne réunit plus grand monde chaque samedi. Ils n’étaient pas plus de 50.000 manifestants le 2 octobre, selon les chiffres du ministère de l’Intérieur.
De quoi inquiéter notre invité, pour qui ce comportement «relève du consentement de masse».
Pourquoi une «telle résignation» des Français? À écouter René Chiche, le gouvernement aurait joué efficacement sur deux ressorts au cours de cette crise sanitaire. La peur, d’une part: «dès le début, le gouvernement a dramatisé et pris un ton alarmiste». «La désinformation», ensuite: il y aurait selon René Chiche «une incapacité générale de la population, y compris de la population diplômée, à avoir une distance critique» sur les informations dispensées par l’exécutif.
Le «plus grave», observe notre invité, serait l’accoutumance des Français à l’abandon progressif de leurs libertés. «Les gens vaccinés disposant du pass sanitaire ne voient pas le problème, ils se sont habitués», déplore-t-il.
«Plutôt qu’un consentement au pass sanitaire, je parlerais de soumission, déclare René Chiche à notre micro. On a l’impression qu’on a plus les capacités de réaliser ce qu’il se passe. Donc on accepte, mais presque d’une façon inconsciente, en somnambule. Vous auriez dit à ces mêmes personnes il y a dix ans ce qu’elles sont en train d’accepter maintenant, tout le monde aurait cru à un scénario de film catastrophe!»
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала