Devant la hausse des prix de l’énergie, "la vigueur de la reprise post-Covid a été sous-estimée"

© Sputnik . Dmitri Leltchouk / Accéder à la base multimédiaUn chantier du gazoduc Nord Stream 2 en Allemagne (archive photo)
Un chantier du gazoduc Nord Stream 2 en Allemagne (archive photo) - Sputnik Afrique, 1920, 07.10.2021
S'abonnerTelegram
"Il y a eu une erreur en termes de prévisions" des besoins en énergie pour la reprise économique post-Covid, selon le chercheur Francis Perrin. Ce serait ce qui fait flamber les prix.
En France, comme en Europe, les factures d’électricité et de gaz flambent encore après une hausse continue tout au long de l’année. Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, souhaite une réforme du système européen, le qualifiant d’"obsolète".
Francis Perrin, directeur de recherche à l’IRIS, explique les raisons de cette crise de l’énergie européenne:
L’économie mondiale repart à plein régime, on anticipe une croissance de 6%, c’est considérable et cela génère d’énormes besoins en énergie. L’offre ne réagit pas aussi rapidement que la demande. La reprise post-Covid était attendue, mais sa vigueur a été sous-estimée, il y a eu une erreur en termes de prévisions. Par ailleurs, les stocks sont bas."
La Russie est le premier fournisseur de gaz à l’Europe, devant la Norvège et l’Algérie. Elle approvisionne le marché européen par trois canaux: via l’Ukraine, via la Biélorussie et via la mer Baltique (Nord Stream 1, qui fonctionne, et Nord Stream 2 qui n’a pas commencé à fonctionner). Maintenant, précise le chercheur, la Russie est appelée par l’Agence internationale d’énergie (AIE) à aider à réduire les prix pour les consommateurs européens en fournissant plus de gaz russe.
Selon l’AIE, la Russie respecte ses engagements de livraisons de gaz en Europe, des engagements qui sont dans des contrats de ventes et d’achat du gaz entre la Russie et divers pays européens. Par contre, l’AIE estime que la Russie pourrait aujourd’hui livrer davantage de gaz à l’Europe –elle n’est pas obligée de le faire puisqu’elle satisfait ses engagements– et elle a appelé, il y a quelques jours, la Russie à envoyer plus de gaz avant même que Nord Stream 2 ne commence à fonctionner."
Mais peut-être que l’Europe serait moins inquiète pour son chauffage cet hiver si elle ne s’était pliée aux demandes américaines d’arrêter les travaux sur le gazoduc Nord Stream 2, qui doit transporter du gaz russe vers l’Allemagne.
En janvier 2021, le Parlement européen votait à une écrasante majorité une résolution appelant l’UE et ses États membres à "revoir d’un œil critique la coopération avec la Russie sur diverses plateformes de politique étrangère et sur des projets tels que Nord Stream 2".
Nord Stream - Sputnik Afrique, 1920, 04.10.2021
L'opérateur du Nord Stream 2 commence à remplir la première conduite
En juillet, Berlin et Washington sont finalement parvenus à un accord selon lequel l’Amérique ne bloquerait pas l’achèvement du gazoduc, dont la construction est maintenant terminée. Pourtant, il n’est pas encore en service, même si son remplissage a commencé.

Nord Stream 2 a subi un retard important mais le projet est finalement reparti car l’Administration Biden ne souhaite pas braquer l’allié allemand", conclut Francis Perrin.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала