Le Président sud-africain autorise la publication d'un rapport sur un scandale de corruption

© AFP 2022 THEMBA HADEBECyril Ramaphosa, Président sud-africain, 28 avril 2021
Cyril Ramaphosa, Président sud-africain, 28 avril 2021 - Sputnik Afrique, 1920, 29.09.2021
S'abonnerTelegram
Le Président sud-africain, Cyril Ramaphosa, a autorisé, mercredi, la publication du rapport de l'Unité spéciale d'enquête sur le scandale "Digital Vibes" dans lequel plusieurs responsables sont impliqués, dont l'ancien ministre de la Santé, Zweli Mkhize.
"Le chef de l’Etat a reçu les conclusions du rapport, en juillet dernier, et a envoyé des avis à toutes les personnes mentionnées, leur donnant la possibilité de s'opposer à sa publication", souligne la Présidence dans un communiqué, expliquant que cela a été fait dans l'intérêt de l'équité et conformément à la Loi sur la promotion de l'accès à l'information.
Le rapport de 100 pages décrit comment des millions de Rands de contribuables ont été payés irrégulièrement à "Digital Vibes", une société de communication engagée en mars 2020 par le ministère de la Santé pour travailler sur la communication publique sur la Covid-19.
Les fonds ont été gaspillés dans la réparation du domicile de l'ancien ministre de la Santé et l’achat d’un Land Cruiser pour son fils, entre autres, précise le rapport, notant que la société n'avait pas déclaré l'impôt sur les sociétés et la TVA.
Deux proches de l’ancien ministre, accusées d'avoir empoché des millions d'euros en paiements irréguliers provenant de ce contrat, font l'objet d'une enquête.
L'Unité spéciale des enquêtes (SIU), sous la tutelle du ministère de la Justice, s'intéresse depuis l'an dernier à des dizaines d'entreprises, certaines liées à des réseaux politiques, auxquelles ont été attribués de juteux contrats dans le cadre de la lutte gouvernementale contre la pandémie.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала